Voitures neuves: l'objectif de limitation des émissions de CO2 est à nouveau manqué

Les importateurs de voitures neuves n'ont à nouveau pas réussi à atteindre la limite d'émissions de CO2 fixée par l'Office fédéral de l'énergie. La hausse des 4x4 explique en partie ces augmentations. Mais le nombre de voitures électriques augmente
04 juil. 2019, 13:26
Pour ne pas avoir rempli l'objectif de limitation des émissions de CO2, les importateurs de voitures neuves ont dû verser plus de 30 millions de francs au fonds routier. (Illustration)

Pour la troisième année consécutive, l'objectif de limitation des émissions de CO2 des véhicules neufs n'a pas été atteint en 2018. Les importateurs ont été sanctionnés. Ils ont dû verser un peu plus de 30 millions de francs qui alimenteront le fonds routier.

Les importateurs de deux marques de véhicules ont dû s'acquitter de près des deux tiers de la somme, a précisé jeudi à Keystone-ATS une porte-parole de l'Office fédérale de l'énergie (OFEN), sans vouloir préciser desquelles il s'agit. L'augmentation des émissions de CO2 est notamment due à la part croissante de 4x4, qui ont constitué près de la moitié des importations en 2018, ainsi qu'au recul du nombre des véhicules diesel.

L'an dernier, la moyenne des émissions des voitures neuves a atteint 137,8 g de CO2/km, en hausse de 2,8% par rapport à 2017. Elle aurait pourtant dû baisser à 130 g de CO2/km à l'horizon 2015 et cette valeur cible doit passer à 95 g de CO2/km dès l'an prochain, indique l'OFEN dans un communiqué.

Alternatives

Quelques embellies existent néanmoins dans ce tableau. Même si elle reste encore relativement faible, la part des véhicules entièrement ou partiellement électriques a continué de croître, d'une quinzaine de pourcents. Elle a ainsi passé à 3,2% des 310'000 voitures de tourisme nouvellement importées en 2018.

Et pour les six premiers mois de 2019, ce taux passe même à 4,8%, selon auto-suisse, la faîtière des importateurs qui s'est fixé pour objectif la barre des 10% du total des importations en 2020 pour les voitures électriques et les hybrides plug-in. L'an dernier, les voitures neuves équipées d'un moteur hybride, électrique, à gaz ou à pile à combustible représentaient 7,2% du total des importations.