Vaud: les candidats au Tribunal cantonal tous recalés

Le Grand Conseil vaudois a refusé d'élire mardi les candidats au poste de juge au Tribunal cantonal. Certains députés imputent ce refus au profil peu adapté des postulants. D'autres dénoncent un coup politique, deux des candidats s'étant présentés sous l'étiquette UDC.

25 juin 2013, 18:27
Le drapeau du canton de Vaud flotte devant le Chateau St-Maire, siege du gouvernement vaudois sur cette photo d'archive du 21 novembre 2000 a Lausanne. La constituante vaudoise siege ce vendredi 2 novembre 2001 pour la 2eme lecture de la nouvelle Constitution en preparation, avec notamment le projet d'une nouvelle annotation sur le drapeau vaudois. (KEYSTONE/Fabrice Coffrini)   ===ELECTRONIC IMAGE===

Après un long débat à huis clos, le Grand Conseil vaudois a décidé de suivre l'avis de sa Commission de présentation. Cette instance est chargée de donner un préavis sur les candidatures: fait rare, voire unique, elle recommandait de n'élire aucun des quatre candidats au poste de juge au Tribunal cantonal.

Devant le plénum, seuls les deux candidats UDC ont maintenu leur candidature. Mais ils n'ont pas obtenu suffisamment de voix. Conséquence: la procédure devra repartir de zéro.

Le Grand Conseil devait élire trois juges cantonaux pour remplacer trois démissionnaires, partis pour raison d'âge. Dans son préavis, la commission explique que les compétences des personnes concernées ne sont pas en cause mais que les "réponses aux questions techniques posées durant l'audition n'ont pas convaincu les experts".

L'UDC Jacques Nicolet admet que certains candidats ne correspondaient "pas à 100%" au profil recherché. Mais il y voit aussi "un petit coup politique" contre son parti.

Pour Nicolas Rochat Fernandez, chef du groupe socialiste, ce refus est un "concours de circonstances". Il reconnaît que l'UDC "a droit à une représentation équilibrée" au Tribunal cantonal.

Sur sol vaudois, les juges cantonaux sont élus avec une étiquette partisane qui doit correspondre, grosso modo, à la force des partis au Grand Conseil. Ce système est en discussion: un postulat radical demande que l'on renonce à ce type d'élection.