Un ombudsman au sein de l'armée

L'armée devrait se doter d'un ombudsman pour régler les conflits humains et les tensions internes.

29 févr. 2012, 11:52
126598844

Le Conseil des Etats a donné mercredi son soutien définitif à l'engagement d'un ombudsman au sein de l'armée en renonçant à exiger que ce poste soit attribué à un milicien avec le grade de brigadier.

Les sénateurs ont ainsi accepté la modification apportée par le Conseil national pour répondre aux souhaits du ministre de la défense Ueli Maurer. Pour le reste, la nécessité de mettre sur pied un organe de médiation n'a été combattue que par la droite dure, qui a jugé une fois de plus cette mesure superflue. Et trop chère, selon l'indépendant schaffhousois Thomas Minder.

La majorité a en revanche jugé ce poste utile et estimé qu'il répondait à un besoin avéré. Les tensions interpersonnelles et les conflits humains que connaît l'armée ont un impact négatif sur son acceptation et son efficacité.

Un militaire peut certes déjà déposer une plainte de service s'il a l'impression d'être traité de manière injuste. Ou se tourner vers l'aumônier. Mais d'autres mesures comme la création d'un poste d'ombudsman pourraient contribuer à lutter contre l'érosion des cadres et le passage des militaires au service civil, a rappelé Ueli Maurer.