Un cimetière genevois vide une concession pourtant renouvelée

Les cendres d'un défunt ont été déversées dans un caveau commun alors que la famille avait renouvelé la concession de sa case funéraire au cimetière Saint-Georges de Genève.

09 janv. 2014, 12:23
La famille ne sait pas encore quelle suite donner à cet événement.

Une case funéraire du cimetière Saint-Georges à Genève a été vidée par erreur l'année dernière. Les cendres du défunt ont été déversées dans le jardin du souvenir alors que la famille avait renouvelé la concession de la case. L'employé fautif a été sanctionné.

"Le renouvellement de la concession n'a pas été intégré dans la base de données", explique Alexandre Breda chef du service des pompes funèbres de la Ville de Genève. Il confirmait une information parue jeudi dans la "Tribune de Genève".

La case a donc été désaffectée et les cendres dispersées dans le caveau commun. Il n'est donc pas possible de les récupérer. La magistrate de tutelle, Esther Alder, a présenté des excuses écrites à la famille.

La Ville a également proposé de mettre une photo du défunt dans la case à la place des cendres. La famille, qui est représentée par un avocat, n'a pas encore donné suite à cette proposition.

"Le collaborateur des pompes funèbres à l'origine de l'erreur a été rétrogradé", précise M.Breda. Il insiste toutefois sur le contexte difficile et stressant dans lequel travaillent les 60 employés des pompes funèbres 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 pour gérer les quelque 2500 deuils par année.

"L'erreur est dans ce cas dramatique mais elle reste humaine", ajoute M.Breda. Depuis deux ans, entre cinq et dix incidents importants ont été recensés. Certaines familles arrivent à les appréhender avec empathie et pour d'autres ces couacs sont incompréhensibles et inacceptables, relève-t-il.

Suite à cet incident, la magistrate Esther Alder a pris des mesures. Un délai de réflexion est ainsi systématiquement donné aux proches pour choisir la destination finale des cendres.