Transplantations cardiaques: le mieux est de conserver les trois sites

La Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé (CDS) se prononce pour le maintien des trois sites universitaires de transplantations cardiaques. Une stratégie à deux sites avaient pourtant retenue par les cantons en 2010.

19 juin 2013, 15:42
90658576_

Les transplantations cardiaques devraient être maintenues pour l'instant sur les trois sites actuels que sont les hôpitaux universitaires de Berne, Lausanne et Zurich. La qualité du traitement y est bonne et l'évolution de la médecine de pointe offre de nouvelles perspectives, selon un groupe d'experts. 

"Les transplantations cardiaques ne doivent par contre plus être considérées isolément à l'avenir mais comme partie du traitement de l'insuffisance cardiaque sévère", observe Peter Suter, président de l'organe scientifique de la médecine hautement spécialisée (MHS) de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé (CDS).

Les hôpitaux intéressés doivent pour cela présenter un concept correspondant en 2014/2015. "La médecine de pointe a beaucoup évolué depuis trois ans. Désormais, de nouvelles méthodes sont apparues, dont les coeurs artificiels", a déclaré Peter Suter, commentant le communiqué de la CDS publié mercredi.

En 2010, les cantons avaient adopté une décision de concentration sur deux sites pour au plus tard fin 2013. La présence de trois sites est désormais justifiée, si on tient compte de l'ensemble des besoins de l'insuffisance cardiaque sévère. "Les trois centres sont de très bonne qualité, si l'on compare au niveau européen", ajoute Peter Suter.

Si le tourisme médical n'est pas possible pour les transplantations cardiaques pour des questions légales et de pénurie, il n'est pas exclu que des patients étrangers viennent se faire soigner en Suisse pour obtenir un coeur artificiel. Et d'augmenter ainsi encore l'attractivité de ces centres.

Jusqu'au 2 août

En 2012, 35 transplantations cardiaques ont été réalisées en Suisse, dont 14 au CHUV à Lausanne, 11 à l'Hôpital universitaire de Zurich et 10 à l'Hôpital de l'Ile à Berne. L'an dernier, 102 personnes ont attendu une transplantation cardiaque. Le délai d'attente pour un coeur est de 94 jours en moyenne.

L'organe scientifique MHS de la CDS a ouvert une audition jusqu'au 2 août auprès des hôpitaux, cantons et milieux intéressés. A la suite de quoi, il présentera les recommandations définitives à l'automne 2013 à l'organe de décision qui prendra jusqu'à la fin de l'année les décisions d'attribution définitives qui ont un caractère obligatoire au niveau national.

L'organe de décision comprend les directeurs de la santé de dix cantons, dont Genève, Vaud et Fribourg pour les Romands.

Autres domaines

La transplantation cardiaque n'est pas la seule spécialité de la médecine de pointe faisant l'objet d'une compétition s'agissant de sa répartition entre les cantons. L'audition porte sur cinq domaines: traitement des brûlures graves chez l’adulte, protonthérapie, transplantations d’organes chez l’adulte, transplantations de cellules souches hématopoïétiques allogéniques chez l’adulte et implants cochléaires.

A ce jour, 28 attributions de prestations ont été adoptées par l'organe de décision MHS. De nouvelles décisions seront prises à l'été 2013.