Trafic: le Parti socialiste ne veut pas d'un deuxième tunnel routier sous le Gothard

Réunis en congrès à St-Gall ce samedi, les délégués du Parti socialiste suisse ont voté, entre autres, contre la construction d'un deuxième tunnel routier sous le Gothard.

05 déc. 2015, 15:15
Les délégués du PS ont très clairement dit non à un deuxième tunnel routier au Gothard.

Le PS ne veut pas d'un deuxième tunnel routier au Gothard. Les délégués réunis samedi à St-Gall recommandent à l'unanimité de rejeter la modification de la loi fédérale sur le transit routier dans la région alpine qui est soumise au peuple le 28 février.

La construction d'un deuxième tube au Gothard mettrait en péril la politique suisse des transports et la rentabilité des nouvelles lignes ferroviaires alpines, estime le PS. La désignation officielle du projet est aussi trompeuse: elle laisse croire qu'un non à la révision signifierait aussi un non à l'assainissement du tunnel.

Milliards de francs engloutis

Le PS soutient le référendum contre cette modification législative, car elle "engloutira un budget de plusieurs milliards de francs". L'ajout d'un deuxième tube engendrerait une augmentation de trafic, des bouchons et des accidents, tout en sapant la politique de transfert de la route au rail voulue par le peuple. A l'unanimité des délégués présents, le PS recommande donc le rejet de la révision législative.

Les délégués ont également recommandé par 128 voix contre 1 et 1 abstention de rejeter l'initiative du PDC "pour le couple et la famille - non à la pénalisation du mariage" soumise au vote le 28 février. Pour les socialistes, la "conception traditionaliste du mariage" défendue par l'initiative (l'union d'un homme et d'une femme) est inacceptable, car elle exclut les unions homosexuelles. Un oui à l'initiative signifierait aussi une interdiction de l'imposition individuelle, ce que le PS ne peut pas accepter.

Non à l'initiative de l'UDC

A l'unanimité, les délégués ont encore recommandé de rejeter l'initiative de l'UDC "pour le renvoi effectif des étrangers criminels (initiative de mise en oeuvre)". Pour le PS, la norme constitutionnelle proposée bafoue les droits fondamentaux garantis par la Constitution et viole la Convention européenne des droits de l'Homme et l'Accord sur la libre circulation.