Tourisme: des prévisions pour 2013 et 2014 "modérément optimistes"

La Fédération suisse du tourisme a tenu son assemblée générale mercredi à Morat dans le canton de Fribourg. La saison estivale qui s'achève pourrait inscrire une croissance de 2-3%, après un été 2012 certes mauvais.

28 août 2013, 14:26
508 cors des Alpes pour un concert magique au Gornergrat ce samedi et... un record du monde!

Le secteur touristique suisse semble avoir touché le fond, estime Dominique de Buman, président de la Fédération suisse du tourisme. Les prévisions pour 2013 et 2014 sont "modérément optimistes", a-t-il dit mercredi à l'assemblée générale à Morat (FR).

La saison d'hiver a été forte et celle d'été aussi - seule l'entre-saison a été plus faible, notamment en raison de la météo défavorable. La saison estivale qui s'achève pourrait inscrire une croissance de 2-3%, après un été 2012 certes mauvais.

L'ensemble de l'année en cours devrait enregistrer une légère progression alors que les instituts conjoncturels prévoyaient une stabilité, et les pronostics sont plutôt favorables pour l'an prochain. "On aimerait atteindre 2%", a précisé Dominique de Buman quant aux exercices 2013 et 2014, tout en souhaitant rester prudent.

Reste que depuis 2008, le secteur a enregistré une baisse des nuitées hôtelières d'environ 7% et la parahôtellerie a connu un recul similaire. Le tourisme urbain est resté stable, alors que le tourisme alpin de loisirs a chuté de près de 13% sur ces cinq ans, avec pour conséquence une situation financière délicate pour les acteurs de l'hébergement et des remontées mécaniques, a souligné M. de Buman.

Faire bouger les touristes

"La Suisse a un potentiel touristique immense", a affirmé pour sa part Johann Schneider-Ammann, conseiller fédéral en charge de l'économie. Le secteur a souffert ces dernières années mais le Conseil fédéral a proposé des mesures pour améliorer ses conditions-cadre, a-t-il rappelé, se référant notamment au rapport 2013 sur le tourisme présenté en juin.

Selon Johann Schneider-Ammann, il faut attirer les touristes en Suisse via les sites les plus réputés. Mais il faudrait aussi ensuite les inciter à explorer le reste du territoire helvétique pour y découvrir des destinations moins connues.

Stratégie intercantonale

Hans Stöckli a pour sa part présenté une démarche jugée innovante qui pourrait être un exemple de stratégie concertée: il est le président de la destination Jura et Trois-Lacs. Cette nouvelle entité - pour laquelle les premières discussions avaient démarré il y a vingt ans - touche six cantons, du Jura à Soleure en passant par Neuchâtel, le Jura bernois, Fribourg et Vaud.

Avec ses deux langues, ses trois régions touristiques et ses multiples offices locaux, elle affiche une grande diversité qui peut sembler au premier abord un défi. L'objectif est d'en faire un atout, sous le slogan "Les pieds dans l'eau, la tête dans les sapins".

Ce type de processus demande du temps, de la flexibilité, des ressources financières et humaines, ainsi que des échanges permanents avec toutes les parties prenantes, a expliqué l'ancien maire de Bienne. Pour Jura et Trois-Lacs, l'Expo02 a aussi joué un grand rôle dans le développement du projet, a-t-il ajouté.