Tessin: un nouveau centre pour requérants ouvrira à Losone

Un nouveau centre d'hébergement, pour requérants d'asile arrivés récemment en Suisse, sera ouvert à Losone au Tessin.

08 sept. 2014, 12:42
ZUR EROEFFNUNG EINER BUNDES-ASYLUNTERKUNFT IN DER ALTEN KASERNE  SAN GIORGIO IN LOSONE STELLEN WIR IHNEN AM MONTAG, 8. SEPTEMBER 2014, FOLGENDES ARCHIVBILD ZUR VERFUEGUNG  - Aussenansicht der stillgelegten Kaserne  von Losone TI, aufgenommen am Dienstag, 6. Maerz 2012. (KEYSTONE/Karl Mathis)

D'ici la fin du mois d'octobre, l'Office fédéral des migrations (ODM) ouvrira à Losone (TI) un nouveau centre d'hébergement pour des requérants d'asile récemment arrivés en Suisse. Ils seront logés dans l'ancienne caserne militaire, dotée d'une capacité de 170 lits, pour une durée d'abord limitée à trois ans.

Les travaux de transformation de la caserne coûteront deux millions de francs. Ce nouvel établissement sera un site délocalisé du centre d'enregistrement et de procédure de Chiasso (TI), ont indiqué lundi l'ODM, le conseiller d'Etat Paolo Beltraminelli (PDC) et le maire de Losone Corrado Bianda, lors d'une conférence de presse commune à Losone.

Ce centre a pour but d'accélérer les procédures et de faire face à des fluctuations soudaines du nombre de demandes d'asile. Toutes les procédures continueront à être menées à Chiasso, a précisé Gaby Szöllösy, porte-parole de l'ODM.

Suite à la révision de la loi sur l'asile, la Confédération a la possibilité de consacrer ses propres infrastructures à l'accueil de requérants pour une durée de trois ans. L'encadrement des requérants et la gestion du nouveau centre seront assurés par l'entreprise ORS Service SA. Securitas sera pour sa part chargé de la sécurité 24 heures sur 24. Ces activités créeront 20 emplois à Losone.

Travaux d'intérêt général

Les requérants devront effectuer durant leur séjour des travaux d'intérêt général, a expliqué M. Beltraminelli. Ce modèle a déjà été pratiqué avec succès à Lumino, où 50 requérants sont actuellement logés dans des installations de la protection civile, a relevé le conseiller d'Etat. ORS est en train de développer, avec la commune de Losone et les communes voisines, des programmes d'occupation.

Après des négociations avec Armasuisse, centre de compétences affilié au Département fédéral de la défense (DDPS), la commune de Losone a acheté cet été à la Confédération les bâtiments de la caserne et les terrains environnants pour un "prix politique" de 4,6 millions de francs. Armasuisse et l'ODM ont toutefois imposé comme condition que des requérants d'asile puissent être logés dans la caserne d'octobre 2104 à octobre 2017, a relevé Corrado Bianda.

"Nous avons toutefois convenu que chaque prolongation de cette utilisation ne peut se faire que si la commune accepte", a détaillé M. Bianda. Les coûts de la transformation de deux millions de francs sont à la charge de la Confédération. A cela s'ajoute une contribution fédérale de 160'000 francs par année pour la sécurité.

Le Tessin remplit ses obligations

Avec le nouveau centre et ceux de Chiasso et Biasca, le Tessin offre une capacité d'hébergement pour 350 requérants d'asile, a indiqué Paolo Beltraminelli. L'augmentation était nécessaire, car en début d'année, la Confédération, les cantons et les communes se sont mis d'accord, dans le cadre de la réforme de l'asile, pour faire passer de 1600 à 5000 le nombre de places dans les centres d'enregistrement et de procédure.

A Losone, un groupe de suivi composé de représentants de la commune, de la Confédération et des sociétés ORS et Securitas sera mis sur pied. Il veillera au bon fonctionnement du centre et pourra, si nécessaire, prendre des mesures pour assurer une exploitation optimale.

Oppositions au nouveau centre

Quatre habitants de Losone s'étaient opposés au nouveau centre. Mais en août, le Tribunal fédéral les avait déboutés. Il a jugé que selon le nouveau droit applicable, la Confédération n'a pas besoin de l'accord du canton ou de la commune pour affecter, pendant trois ans au plus, des bâtiments qui lui appartiennent à l'hébergement de requérants.

Le site Internet tessinois d'informations "Liberatv.ch" avait en outre révélé en octobre de l'année passée qu'une tentative d'incendie volontaire avait eu lieu sur les terrains de la caserne. De l'essence avait été répandue à plusieurs endroits, mais aucun incendie ne s'était produit.

Pour répondre aux inquiétudes de la population, le maire Corrado Bianda a annoncé la mise en service d'une ligne téléphonique d'urgence dès que le centre sera ouvert.