Syrie: la trêve est terminée, l'armée régulière a repris ses bombardements sur Alep

Il n'aura fallu que deux petites heures à l'armée syrienne pour reprendre ses bombardements sur les quartiers rebelles d'Alep. Elle avait annoncé, un peu plus tôt dans la journée, la fin de la trêve en vigueur depuis une semaine.

19 sept. 2016, 22:38
Les habitants d'Alep vont à nouveau vivre dans la hantise des bombardements (archives).

L'armée syrienne a déclaré lundi la "fin" de la trêve initiée il y a une semaine par les Etats-Unis et la Russie, peu avant des raids aériens sur Alep. Moscou et Washington s'accusent mutuellement de l'échec de cette énième tentative pour mettre fin au conflit.

L'armée du régime de Bachar al-Assad "annonce la fin du gel des combats qui a débuté à 19h00 le 12 septembre conformément à l'accord Etats-Unis/Russie", a-t-elle indiqué à Damas une heure avant son expiration.

Moins de deux heures plus tard, des raids aériens et des bombardements ont frappé les quartiers rebelles d'Alep, selon le correspondant de l'AFP et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Des avions militaires syriens ou russes ont ensuite bombardé des camions d'aide humanitaire positionnés devant les locaux du Croissant-Rouge syrien près d'Alep, a rapporté l'ONG.

 

Maintenir le dialogue

Les Etats-Unis refusaient dans ce contexte de jeter l'éponge et maintenaient coûte que coûte le dialogue avec la Russie pour tenter d'arrêter la guerre. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a précisé que des conseillers russes et américains étaient réunis à Genève pour faire le point.

Face à la gravité de la situation, le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui rassemble une vingtaine de pays et d'organisations internationales -dont les Etats-Unis, la Russie, l'Arabie saoudite, la Turquie et l'Iran- se réunira mardi à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, a annoncé Washington.

Moscou et Damas accusent les rebelles

La fin du cessez-le-feu survient alors que les espoirs s'étaient nettement refroidis ces derniers jours avec la reprise des combats, notamment dans la ville d'Alep, et des échanges virulents entre les deux grandes puissances.