Réservé aux abonnés

Swissmem et Interpharma se positionnent contre le renvoi des criminels étrangers

L’initiative UDC ne plaît pas à tout le monde dans le milieu économique. Economiesuisse et l’Union suisse des arts et métiers préfèrent rester à l’écart.

28 déc. 2015, 23:12
/ Màj. le 29 déc. 2015 à 00:01
ARCHIVE - Zwei Polizisten warten am 23. August 2006 auf dem Flughafen Zuerich-Kloten bis ein, wegen Diebstahls im Kanton Bern verurteilter Pole in das Flugzeug steigt, welches ihn nach Polen zurueckschafft. - Der Bundesrat lehnt die SVP Ausschaffungsinitiative ab, wie am Mittwoch 15. Oktober 2008 mitgeteilt wurde. Die Anliegen der Initianten sollen aber in einem indirekten Gegenvorschlag aufgenommen werden und nicht im Widerspruch zum Voelkerrecht oder zur Verfassung stehen. Das Vernehmlassungsverfahren zum Gegenvorschlag soll Anfang 2009 stattfinden.  (KEYSTONE/Gaetan Bally)   SCHWEIZ BUNDESRAT AUSSCHAFFUNGSINITIATIVE

L’initiative UDC sur le renvoi des étrangers criminels, soumise en votation le 28 février prochain, ne semble pas avoir d’enjeu économique. Pourtant le Conseil fédéral fait référence, dans son message, à l’accord sur la libre circulation des personnes, car celui-ci octroie des droits aux individus en situation d’expulsion. Une jeune femme bien intégrée pourrait ainsi être expulsée après avoir endommagé un bâtiment avec un graffiti parce que, quelques années plus tôt, elle a insulté son voisin, avait expliqué Simonetta Sommaruga mardi dernier, au moment de lancer la campagne contre l’initiative...