St-Gall: le trou de forage est stabilisé

Le trou de forage à l'origine du tremblement du terre de samedi dernier dans la région de St-Gall a été stabilisé. Les experts réfléchissent à la suite du projet.

24 juil. 2013, 17:42
THEMENBILD - Blick auf den Bohrturm des St. Galler Geothermie-Projektes am Dienstag, 7. Mai 2013. Die Stadt St. Gallen will ueber 4000 Meter tief bohren, um heisses Wasser fuer Waerme und Strom zu finden. Nach den Erdbeben von Samstag, 20. Juli 2013, sind die Arbeiten im Geothermie-Bohrloch im St. Galler Sittertobel vorlaeufig gestoppt worden. Wie es weiter geht, wird in einigen Tagen bekannt. Derzeit wuerden die Daten ausgewertet und das Bohrloch stabilisiert. (KEYSTONE/Gian Ehrenzeller)

Le trou du forage géothermique de St-Gall est désormais stabilisé, cinq jours après le séisme provoqué par les travaux. Les spécialistes peuvent commencer à analyser les causes exactes du tremblement de terre qui a causé des dégâts samedi matin dans la région. Une décision sur l'avenir du projet sera prise la semaine prochaine au plus tôt.

Au total, 77 déclarations de dommages ont été signalées, indiquent mercredi les autorités de la ville de St-Gall. Parmi les dégâts, on compte notamment des façades fissurées et des vases ou des vitres de voiture brisées, précise leur porte-parole Roman Kohler. Le montant des dommages devrait être connu dans un mois.

Présence possible de gaz

Le séisme, d'une magnitude de 3,6 sur l'échelle de Richter, avait été suivi de 25 autres secousses. Le forage, qui avait atteint 4450 mètres de profondeur, a été arrêté.

Depuis le début de la semaine, des matériaux ont été injectés pour étancher le fond du puits. Les experts supposent en effet que les profondeurs contiennent du gaz.

Sonde descendue dans le puits

Les spécialistes doivent désormais établir les options qui s'offrent au projet géothermique. Une sonde va être descendue dans le puits pour obtenir davantage d'informations sur la température et la pression régnant dans les profondeurs.

Les installations du forage seront par ailleurs démontées ces prochains jours. Une démarche qui ne présuppose pas d'un abandon du projet, souligne le porte-parole de la ville.