Sécurité suisse: les "fake news" menaceront de plus en plus les votations

Selon le directeur du Service de renseignement, les "fake news" venus de l'étranger ne menaceront pas les prochaines élections fédérales en octobre. Mais elles risquent de plus en plus influencer les votations, car d'autres Etats ou organisations pourraient y trouver un intérêt.

24 mai 2019, 12:08
Jean-Philippe Gaudin, directeur du Service de renseignement de la Confédération, a souligné vendredi que des Etats ou des organisations étrangères pourraient avoir intérêt à influencer les votations.

La Suisse doit affronter une nouvelle menace: les campagnes de désinformation venues de l'étranger. Selon le directeur du Service de renseignement de la Confédération (SRC) Jean-Philippe Gaudin, le risque va aller en s'accroissant.

Les élections fédérales d'octobre ne seraient toutefois pas menacées. M.Gaudin n'a en tout cas pas d'informations en ce sens. Selon lui, le système suisse sert de protection car il est fortement décentralisé, comparé par exemple à la France.

Le directeur du SRC est moins rassurant concernant les votations. Des Etats ou des organisations pourraient avoir intérêt à les influencer.

Invité à commenter l'affaire qui secoue actuellement l'Autriche après la publication d'une vidéo compromettante de l'ex-chef du Parti de la liberté et ex-vice-chancelier Heinz-Christian Strache, Jean-Philippe Gaudin a estimé que c'était le travail d'un service de renseignement. Sans pouvoir préciser qui était derrière cette opération.