Revue de presse: libertés réduites, voyages compliqués, barrage en face du Cervin… les titres de ce dimanche

Le coronavirus reste la principale actualité dans la presse de ce dimanche. Il y est question de la règle des 2G en vigueur pour longtemps ou des voyages rendus compliqués par les tests PCR. La construction d’un nouveau barrage en Valais est aussi à l’ordre du jour.
12 déc. 2021, 08:59
La presse dominicale revient sur les principaux faits d'actualité de ces derniers jours.

Libertés réduites pour les non-vaccinés durant longtemps

La vie des non vaccinés risque d’être compliquée encore un moment. Dans une interview avec la SonntagsZeitung, le président de la Confédération Guy Parmelin a indiqué qu’il est possible que la règle des 2G doive s’appliquer plus longtemps dans le domaine des loisirs. Et d’ajouter qu’étant donné qu’il y a encore beaucoup de personnes qui ne sont pas immunisées, on ne peut pas priver de libertés les personnes qui se sont vaccinées et ont fait tout leur possible pour se protéger, protéger les autres et freiner la pandémie. Le Conseil fédéral a mis en consultation vendredi de nouvelles mesures sanitaires. Une variante prévoit la généralisation de la règle de 2G, à savoir limiter aux seules personnes vaccinées ou guéries l’accès aux restaurants ainsi qu’aux espaces culturels, sportifs ou de loisirs. Egalement interrogée dans le journal, la directrice de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) Anne Lévy salue cette mesure et estime que la Suisse ne peut en faire l’économie au vu du nombre croissant de cas. Elle ajoute qu’il est important de briser la vague Delta le plus rapidement possible afin que la Suisse soit prête à affronter le variant Omicron, qui pourrait être dominant au plus tard au début de l’année. Il faut donc de la place dans les hôpitaux, souligne-t-elle.

Retard pour la vaccination des enfants

Contrairement à l’Allemagne et à l’Autriche, la Suisse ne sera prête qu’en janvier à vacciner contre le Covid-19 les enfants dès 5 ans, affirme la NZZ am Sonntag en se basant sur plusieurs sources. Et ce, bien que les écoles soient actuellement submergées par une vague d’infections et que l’autorité de contrôle des produits thérapeutiques Swissmedic ait autorisé vendredi le vaccin de Pfizer/BionTech pour les enfants de cinq à onze ans. Selon Silvia Steiner, présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de l’instruction publique, les enfants jusqu’à 12 ans ne seront pas vaccinés dans les écoles. La décision de vacciner ou non est du ressort des parents, a-t-elle ajouté.

Voyages plus compliqués à cause des tests PCR

Les nouvelles règles sanitaires concernant les vols arrivant en Suisse peuvent poser problème, indique la SonntagsZeitung. Désormais, tous les passagers doivent présenter un test PCR négatif. Or, chez les personnes guéries, celui-ci peut se révéler positif pendant plusieurs semaines après la maladie. Elles risquent alors d’être bloquées à l’étranger. Marco Muff, médiateur de la branche des voyages, critique vivement le nouveau régime de la Confédération. Selon lui, de nombreux voyageurs sont inquiets. De leur côté, les compagnies aériennes refusent de plus en plus souvent l’embarquement, affirme pour sa part le «SonntagsBlick». Les problèmes d’enregistrement sont de plus en plus fréquents. Les règles de voyage changent presque quotidiennement. Chaque pays a ses propres règles. Souvent, les compagnies aériennes refusent l’embarquement parce qu’il manque encore un document. D’un point de vue juridique, c’est légitime.

Plusieurs vendeurs d’autotests condamnés

Ces derniers mois, l’autorité de contrôle des produits thérapeutiques Swissmedic a condamné plusieurs distributeurs d’autotests, indique la SonntagsZeitung, qui s’est procuré les ordonnances. Ainsi, l’entreprise Qnius d’Herisau, aujourd’hui en liquidation, aurait vendu dès l’été 2020 des autotests qui n’étaient pas autorisés. Selon la loi suisse, il est interdit de vendre directement à des particuliers des dispositifs médicaux pour le diagnostic in vitro, comme les tests Covid. Entre l’été 2020 et mars 2021, Qnius a vendu au moins 8800 tests à des particuliers, générant ainsi des recettes de plus de 230’000 francs. Dès septembre 2020, Swissmedic a émis une ordonnance interdisant à l’entreprise d’effectuer des ventes.

Projet de barrage hydroélectrique face au Cervin

Alpiq et Zermatt veulent construire un nouveau barrage face au Cervin, indique Le Matin Dimanche. D’une hauteur de 85 mètres et d’une largeur de 285 mètres, il pourrait fournir de l’électricité pour la consommation annuelle de 150’000 ménages. Son coût est estimé à 250 millions de francs. Une séance chapeautée par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) aura lieu lundi et devrait déboucher sur une liste de projets hydroélectriques d’importance stratégique. Interrogé par le journal, l’OFEN n’a pas souhaité répondre avant la séance. Selon plusieurs sources, le projet haut-valaisan a de bonnes chances de figurer sur la liste. Des oppositions sont toutefois déjà à prévoir, le site retenu se situant dans l’Inventaire fédéral des paysages, une zone strictement protégée.

Avions de combat: négociations stoppées bien avant par Viola Amherd

Lors de la procédure d’achat des nouveaux avions de combat, la ministre de la défense Viola Amherd a cessé de s’entretenir avec les pays qui ont fait des offres à la mi-mai et demandé de cesser les négociations politiques et de laisser se poursuivre seule l’évaluation technique. Or Ueli Maurer et Ignazio Cassis ont continué à avoir des contacts, en particulier avec la France, au sujet de compensations politiques à l’achat du Rafale, affirme Le Matin Dimanche. Plusieurs sources de différents départements l’ont confirmé au journal. Ce dernier ajoute que si c’est en particulier l’attitude d’Ignazio Cassis qui fâche, c’est parce que la demande de Viola Amherd de cesser les négociations avait été faite au sein de la délégation de sécurité du Conseil fédéral, une instance à laquelle appartient le ministre des affaires étrangères.

Origine de la collection Bührle bientôt dévoilée

Les choses bougent dans le débat sur l’origine des 203 œuvres d’art de la collection Emil Bührle. Le Kunsthaus de Zurich et la fondation Bührle ont convenu de rendre public le contrat de prêt, affirme le SonntagsBlick en se basant sur plusieurs sources proches du dossier. La question n’est plus de savoir si, mais quand le contrat pourra être consulté par le public. Cette étape devrait vraisemblablement être franchie au début de l’année prochaine. A cela s’ajoute le fait que le contrat en vigueur jusqu’à présent sera remplacé par un autre. Les parties concernées négocient actuellement le nouvel accord. Le contrat doit permettre au Kunsthaus d’agir de manière plus flexible dans la curation des œuvres.

Prévoyance vieillesse: division entre femmes de gauche et de droite

La session des femmes a récemment exigé de façon unanime des améliorations de la prévoyance vieillesse. Au Conseil national, des divergences sont toutefois apparues entre femmes de gauche et de droite. Les femmes bourgeoises sont dérangées par le fait que la gauche se batte contre la réforme au nom de toutes les femmes, a déclaré Susanne Vincenz-Stauffacher, conseillère nationale (SG) et cheffe des femmes PLR, à la NZZ am Sonntag. De nombreuses femmes voient les choses tout autrement et ne veulent pas que l’AVS soit menée dans le mur en leur nom, ajoute-t-elle. Et d’indiquer qu’un comité de femmes qui s’engagerait publiquement en faveur de la réforme a déjà été envisagé. Il pourrait probablement intéresser les femmes du Centre, qui ont mené cette semaine une action pour une retraite à 65 ans.