Référendum contre la privatisation du passeport numérique: 64’000 signatures déposées

Les Suisses décideront du sort du passeport numérique. Les opposants à sa privatisation ont réuni 64’000 signatures. Leur but: faire en sorte que les données de l’e-ID ne parviennent pas aux banques, assurances et multinationales.

16 janv. 2020, 15:27
Personen reichen rund 60 000 Unterschriften gegen das Referendum fuer den digitalen Schweizer Pass, E-ID, ein, am Donnerstag, 16. Januar 2020, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)

Les Suisses auront leur mot à dire sur l’identité électronique. Les opposants à l’e-ID adoptée par le Parlement ont déposé jeudi 64’000 signatures auprès de la Chancellerie fédérale. Ils refusent une privatisation de ce passeport numérique.

En septembre, les Chambres ont opté pour un système libéral qui donne la priorité au secteur privé pour délivrer des e-ID. Les référendaires veulent éviter que le passeport numérique et ses données sensibles ne tombent entre les mains des banques, des assurances et des multinationales.

L’e-ID constitue l’identité officielle des citoyens sur Internet. «À l’avenir, elle nous permettra d’exercer nos droits politiques, dans le cadre du droit d’initiatives et de référendums sur Internet», selon Daniel Graf, codirecteur de la campagne et cofondateur de Public Beta.

L’identité électronique ne doit pas tomber entre les mains de sociétés privées à but lucratif.
Daniel Graf, codirecteur de la campagne et cofondateur de Public Beta

Par conséquent, "l’identité électronique doit rester une tâche centrale du gouvernement et ne doit pas tomber entre les mains de sociétés privées à but lucratif, poursuit-il. Avec la loi adoptée par le Parlement, le stockage et l’utilisation des données sur Internet relèveront de la responsabilité d’entreprises privées.

Or il en va de la confiance des citoyens dans les institutions. Deux sondages ont montré que plus de 80% de la population souhaite un passeport numérique émis par l’État. La coalition à l’origine du référendum ne veut pas que la Confédération se contente de reconnaître une e-ID émise par les privés. Elle doit les délivrer.

L’e-ID est l’identité officielle des citoyens suisses. Les contrats, les transactions financières, les informations sur la santé et les services administratifs tels que les déclarations d’impôts ou les décisions politiques, seront désormais traités numériquement à l’aide d’une e-ID.

Qui soutient le référendum?

  • Le référendum est soutenu par la Digitale, la plateforme démocratique WeCollect, Campax et PublicBeta.
  • Il est appuyé par le PS, les Verts, le Parti pirate et droitsfondamentaux.ch.
  • Même au PDC, PLR et à l’UDC, plusieurs élus approuvent le principe d’une e-ID émise par l’État, selon le comité référendaire.