Réservé aux abonnés

Quinze ans après la débâcle

02 oct. 2016, 23:35
/ Màj. le 03 oct. 2016 à 00:01

Le 2 octobre 2001, la flotte de la compagnie aérienne Swissair, acculée par les dettes, était clouée au sol. Depuis, son héritière Swiss a trouvé sa vitesse de croisière au sein du géant Lufthansa, laissant peu de place à la nostalgie.

«Le grounding reste un événement triste de l’histoire économique de la Suisse, mais nous en avons tiré des leçons», analyse Andreas Wittmer, expert en transports aériens à l’Université de Saint-Gall. «Nous avons appris que toute entreprise, quelle que soit sa réputation – même celle que l’on appelait jadis la banque volante – peut faire faillite.»

Faut-i...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois