Réservé aux abonnés

Prise d’otage numérique

29 sept. 2016, 23:24
/ Màj. le 30 sept. 2016 à 00:01
ARCHIV --- ZUM REKORDSTAND AN MELDUNGEN UEBER INTERNETKRIMINALITAET STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES BILD ZUR VERFUEGUNG --- Ein Mann tippt Befehlszeilen in seinen Laptop, aufgenommen am 26. November 2009, gestellte Aufnahme. (KEYSTONE/Gaetan Bally) *** NO SALES, NO ARCHIVES *** SCHWEIZ REKORDSTAND CYBERKRIMINALITAET

Internet: toile peuplée d’araignées bien planquées prêtes à piéger la première proie venue. Comme ces hackers à la recherche de failles de sécurité informatique chez des particuliers ou des entreprises. Certains se sont fait une spécialité dans la prise d’otage des données numériques. Avec pour seule arme des «rançongiciels» (logiciel de rançonnage ou «ransomware» en anglais), baptisés Locky, TeslaCrypt ou CryptoWall, parmi plus de 180 déjà répertoriés.

Il suffit que l’utilisateur ouvre un email, clique sur la pièce jointe infestée par un de ces logiciels malveillants et c’est tapis rouge pour ...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois