Réservé aux abonnés

Pour Berne, c'étaitla meilleure solution

Vu les menaces qui pesaient sur l'UBS et sur l'économie suisse, Hans-Rudolf Merz défend la levée du secret bancaire, s'agissant de cas de fraude fiscale.

20 févr. 2009, 05:59

L'accord entre l'UBS et la justice américaine, annoncé tard mercredi soir, prévoit le versement de 915 millions de francs par la banque et la remise d'une liste de 250 à 300 clients américains qu'elle a sciemment aidés à frauder le fisc de leur pays.

En échange, l'UBS n'est plus menacée d'un retrait de sa licence bancaire sur sol américain et les procédures sont suspendues pour au moins 18 mois.

Washington pourrait ainsi retirer sa demande d'entraide administrative dans cette affaire de fraude, et qui est pendante dev...