Réservé aux abonnés

Pas de mesures supplémentaires contre la délinquance juvénile

Le Conseil fédéral s'est penché sur les infractions en bande à la suite d'un postulat de Maurice Chevrier. Il estime que les mesures prises sont suffisantes.

25 févr. 2010, 05:01

La chronique des faits divers est impitoyable. Murs tagués, élèves rackettés, jeunes molestés, personnes tabassées, femmes violées, victimes exécutées: ce catalogue d'exactions commises par des bandes de jeunes a poussé le conseiller national démissionnaire Maurice Chevrier (PDC/VS) à réclamer une campagne de sensibilisation et une adaptation du code pénal. Il l'a fait dans un postulat adopté il y a cinq ans par la Chambre du peuple. Le gouvernement a pris son temps, mais il a publié...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois