Paléo 2014: début des festivités en ciré

La pluie ayant copieusement arrosé le terrain, les festivaliers sont incités à prendre les transports en commun.

22 juil. 2014, 00:01
data_art_8252013.jpg

daniel.gonzalez@lacote.ch

C'était LA guest star que Paléo aurait préféré ne pas voir débarquer à la veille du coup d'envoi de sa 39 e édition. Pourtant, elle était incontournable ce lundi à l'heure de la traditionnelle conférence de presse d'ouverture. Elle, c'est la pluie bien sûr! Philosophe, le directeur de la grand-messe musicale nyonnaise, Daniel Rossellat, a fait contre mauvaise fortune bon coeur: "J'aime autant que la météo soit pourrie le jour de la conférence de presse que durant le festival."

 

Parkings en partie fermés

 

Un voeu qui ne sera qu'à moitié exaucé, puisqu'en sus des 20 millimètres de pluie tombés depuis dimanche soir, 30 étaient encore attendus d'ici à la fin de la journée de lundi. Par conséquent, la direction de Paléo a décidé de mettre en place son plan "diluvio" pour faire face aux intempéries, qui continueront de s'abattre mardi. "Les parkings du festival seront partiellement fermés, car ils sont rendus impraticables par la pluie" , annonce Cécile Roten, responsable du service de presse de Paléo. En la circonstance, la direction du festival conseille donc de privilégier le covoiturage et les transports publics, dont les lignes seront renforcées. Malgré tout, des parkings provisoires seront aménagés en ville de Nyon et des navettes à destination de l'Asse desserviront ces derniers. Cécile Roten assure que des solutions ont été touvées, pour ne pas surcharger le centre-ville de Nyon déjà encombré par divers travaux. Si elle ne peut révéler pour l'heure l'emplacement exact des parkings, elle invite simplement le public à suivre la signalisation mise en place sur les axes qui mènent au festival.

Mais contrairement à 2011 - l'année du déluge record - les bottes et autres pèlerines devraient pouvoir être remisées très rapidement au placard. En effet, la gadoue inaugurale devrait laisser place à un temps plus sec dès mercredi. Une accalmie bienvenue, après des semaines de galère.

 

Montage un peu chahuté

 

Voilà déjà un moment que l'eau est venue jouer les trouble-fête, rendant la vie dure aux nombreuses petites mains qui se sont affairées au montage de la cité musicale éphémère. Parmi les phases délicates du chantier, l'érection de la grande roue, structure totem de cette édition, ne fut pas des plus aisées. "Nous avons pris une sacrée raclée durant le montage" , a déclaré non sans une pointe d'humour Laurent Essig, responsable du projet à la Haute école spécialisée de suisse occidentale (HES-SO) en chantant les paroles "Tar'ta gueule à la récré" d'Alain Souchon. "Notre équipe a réalisé une sacrée prouesse d'installer cette grande roue sur un terrain rendu peu stable par les conditions météo." Du côté des stands de nourriture, il a fallu ruser face aux caprices du temps. Ainsi, la direction a demandé aux tenanciers d'avancer l'installation de leurs échoppes à samedi dernier. Un léger bouleversement dans l'organisation qui n'a en rien empêché que tout soit fin prêt pour le premier concert de ce soir.