"Oui"des Verts à l'initiative Minder et à l'article sur la famille

Les Verts suisses ont confirmé samedi l'avis de leurs dirigeants en vue des votations fédérales du 3 mars. Réunis en assemblée des délégués à Granges (SO), ils ont recommmandé par 134 voix contre 3 de dire "oui" à l'initiative contre les rémunérations abusives.

19 janv. 2013, 18:05
Selon le conmseiller aux Etats Luc Recordon, l'acceptation de l'initiative Minder aurait valeur de signal contre les rémunérations abusives.

Par 117 voix contre 2 et quatre abstentions, ils ont demandé également d'accepter l'article constitutionnel sur la politique familiale. En outre, les Verts s'étaient déjà prononcés en novembre en faveur de la révision de la loi sur l'aménagement du territoire (LAT), qui sera également soumise à la votation du 3 mars.

Pour le conseiller aux Etats Luc Recordon (Verts/VD), l'acceptation de l'initiative de Thomas Minder "contre les rémunérations abusives" aurait valeur de signal contre les rémunérations abusives, malgré ses effets limités.

Politique familiale

S'agissant de l'article constitutionnel sur la politique familiale, la conseillère nationale Yvonne Gilli (Verts/SG) a estimé que son adoption serait bénéfique aux familles avec enfants. Selon elle, l'adoption de l'article revient à se doter d'un instrument efficace de lutte contre la pauvreté.

De son côté, la conseillère nationale Adèle Thorens (Verts/VD) a plaidé en faveur d'une vaste alliance pour faire passer la révision de la LAT. "Nous voulons gagner le 3 mars avec les agriculteurs, les architectes et les ingénieurs, la branche du tourisme, les locataires, les villes, les communes et les cantons", a déclaré la co-présidente des Verts suisses.

Une étape

Selon elle, il faut réduire les zones à bâtir en fonction des besoins effectifs et les situer de manière à préserver au mieux le paysage. La nouvelle loi est aussi une étape vers une gestion durable du territoire. Elle devrait être relayée par un concept de protection des terres agricoles.

Lors de leur assemblée, les délégués ont adopté également une résolution destinée à renforcer une politique favorable à une "économie verte". Il demande notamment l'élaboration d'un concept d'aménagement du territoire fondé sur les principes du développement durable.