New York: le maire di Blasio tue accidentellement Chuck, la marmotte fétiche de sa ville

Le maire de New York, Bill di Blasio, est au centre d'une tempête médiatique. Il aurait tué accidentellement, Chuck, la marmotte du zoo de Staten Island qui dit chaque année en février si l'hiver va se prolonger ou pas.
07 août 2015, 14:16
Le pauvre Chuck a fait une chute qui lui sera finalement fatale. L'incident diplomatique fait le tour des Etats-Unis.

Vous avez déjà vu le film "Un jour sans fin" (1993) avec Bill Murray? Petit journaliste météo de province, il doit tourner, dans un coin perdu des Etats-Unis, un reportage sur Phil la marmotte, l'idole de tout une ville, puisque c'est elle qui prédit si l'hiver va se prolonger indéfiniment ou si le printemps va vite pointer le bout de son nez. Un peu comme nos bonshommes de carnaval. Et sa journée se répète inlassablement:

 

Phil existe réellement et il a plusieurs collègues un peu partout en Amérique du nord. A New York, le météorologue de service s'appelle par exemple Chuck. Enfin, s'appelait. Chuck est mort en février dernier, une semaine tout juste après avoir participé à la traditionnelle "Journée de la marmotte" du zoo de Staten Island. 

C'était le 2 février dernier. Chuck fait son boulot comme il se doit et annonce un hiver prolongé de 6 semaines. Puis sa gardienne le tend au maire de New York, qui n'aurait manqué ça pour rien au monde et qui a mis ses plus beaux gants pour l'occasion. Une précaution pas inutile, puisque son prédécesseur, Michael Bloomberg, avait été mordu par cette même marmotte en 2009.

Et là, c'est le drame. Chuck fait une chute vertigineuse de près d'1 m 50 de haut, tombe sur la tête avant d'être récupéré, sain et sauf par sa curatrice.

C'est ce que tout le monde a cru. Mais, cette semaine, le New York Post, principal journal de boulevard de la Grande Pomme, a révélé que Chuck était mort. Le quotidien soupçonne aussi bien le zoo - qui touche une subvention de 3,3 millions de dollars de la ville - que l'administration embarrassée d'avoir cherché à cacher l'affaire.

Le zoo a ainsi habilement remplacé Chuck par Charlotte. Chuck aurait été retrouvé mort dans son enclos le 9 février et l'autopsie a révélé qu'il souffrait d'importantes lésions internes. Les responsables auraient alors demandé à leurs employés de garder le secret, histoire de ne pas nuire à l'image du maire. "On m'a dit qu'il était mort de vieillesse", assure un élu new-yorkais.

Un porte-parole du zoo a démenti cette version. Du côté du bureau du maire, on a répondu que personne ne savait que Chuck était mort. "Nous sommes désolés de l'apprendre".

Récupération politique?

Le très sérieux New York Times s'est à son tour emparé de l'affaire, avançant une autre hypothèse défendue tant par le zoo que par Matthew Titone, un élu du camp du maire, selon laquelle la cause de la mort de Chuck ne peut pas être formellement établie, la marmotte ayant subi un examen complet après sa chute, sans résultat. Il na par la suite montré aucun signe de faiblesse jusqu'à ce funeste 9 février.

Du coup, cette histoire prend une tournure politique. Un élu républicain, Vincent Ignizio, opposé au maire, a tweeté, avec un poil d'ironie : "Je veux juste savoir ce que le maire et le zoo savent et quand ils l'ont su."

 

Ajoutant, avec humour, qu'il faudrait peut-être y consacré une séance spéciale du conseil de la ville.

Mais le "Times" ne s'est pas arrêté là et a fait analyser les images de la chute par un spécialiste pour vérifier si le maire était coupable de négligence ou pire, de maltraitance. Sans parvenir à déterminer s'il s'agissait d'un véritable accident. 

Au final, Matthew Titone assure que le zoo a bien agi en couvrant la mort de Chuck, véritable icône de la ville: "est-ce qu'on peut dire à un enfant que le Père Noël est mort?"