Marché du travail: la Suisse compte près de 320 000 travailleurs frontaliers

23 févr. 2017, 12:55
/ Màj. le 23 févr. 2017 à 13:01
La région lémanique concentre un tiers des frontaliers.

La Suisse reste un aimant pour les pendulaires de l'étranger. En 2016, comme l'année précédente, le nombre de frontaliers a augmenté de 11'300 personnes à près de 320'000. Après un répit, l'afflux est en hausse au Tessin aussi.

Le nombre des frontaliers est passé de 251'700 en 2011 à 318'500 en 2016, ce qui correspond une hausse de 26,6%. La croissance s'est toutefois atténuée par rapport à 2011. Elle a passé de 5% à cette date à 3,7% fin 2016, selon les chiffres de la statistique des frontaliers, publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Le nombre de frontaliers a toutefois augmenté deux fois plus vite par rapport au nombre total des actifs occupés. Plus de la moitié est domiciliée en France et un cinquième respectivement en Italie et en Allemagne.

Un tiers dans la région lémanique

Plus d'un tiers des frontaliers travaille dans la région lémanique. La croissance y était plus élevée que la moyenne, avec 5,4%. La Suisse du Nord-Ouest, la deuxième plus grande région de frontaliers, enregistre 2,1% de pendulaires étrangers supplémentaires.

Après quatre semestres en léger recul, le Tessin aussi accueille à nouveau plus de travailleurs étrangers. La part de la main-d'œuvre frontalière y a progressé de 3%. La proportion des travailleurs dans le canton italophone représente plus d'un quart des actifs occupés (27,1%), précise l'OFS.