Réservé aux abonnés

Magie noire et traite d’êtres humains au tribunal

Une prostituée de 36 ans est accusée d’avoir fait venir des jeunes filles du Nigeria pour les prostituer. Elle aurait agi dans le cadre d’un trafic de migrants, au cours duquel elles devaient s’adonner à un rituel animiste.

05 déc. 2018, 00:01
A prostitute waits for a client in a street of Nice southern France, Thursday, Nov 21, 2013.Franceís government is pushing one of Europeís toughest laws against prostitution and sex trafficking, and other countries are watching closely. Advocates hope that a draft French law going to parliament Wednesday will help change long-held attitudes toward the worldís oldest profession _ by punishing the customer and protecting the prostitute. But the bill is facing resistance in a country with a libertine reputation and a Mediterranean macho streak, and has prompted petitions defending those who buy sex. Signatories include screen icon Catherine Deneuve _who played a prostitute in the cult film ìBelle de Jourî _ and crooner Charles Aznavour.. (AP Photo) France Prostitution

«Je n’ai forcé personne, on était toutes ensemble prostituées.» Christina – son prénom fictif de travailleuse du sexe – est incarcérée depuis deux ans. Aujourd’hui âgée de 36 ans, cette Nigériane a comparu, lundi, devant le Tribunal correctionnel de Lausanne pour traite d’êtres humains et blanchiment d’argent. Elle nie en bloc tout encouragement à la prostitution.

La trentenaire est accusée d’avoir agi avec la complicité de l’un de ses frères, basé au Nigeria. En 2015, ce dernier aurait recruté et expédié au moins quatre filles vers l’Europe, après leur avoir fait miroiter des études ou un tra...