Réservé aux abonnés

Libres, mais surveillés

A ce jour, treize djihadistes sont de retour en Suisse. Ils se trouvent tous, ou ont tous été, sur le radar de la justice, entre enquêtes en cours ou décisions rendues.

10 avr. 2019, 00:01
Verstaerkte Polizeipatrouillen stehen beim Weihnachtsmarkt auf dem Muensterplatz in Basel, am Mittwoch, 21. Dezember 2016. Die Basler Behoerden reagieren damit auf den Anschlag in Berlin und schuetzen den Weihnachtsmarkt mit einem angepassten Sicherheitskonzept. (KEYSTONE/Georgios Kefalas) SCHWEIZ BASEL WEIHNACHTSMARKT SCHUTZ

Les djihadistes suisses présents en Syrie ou en Irak ne cessent de faire parler d’eux: faut-il les rapatrier activement pour les poursuivre en justice? Doit-on, au contraire, les laisser sur place, notamment dans les prisons kurdes, et miser sur un tribunal international? Le Conseil fédéral a récemment choisi la seconde variante. Il ne prendra pas l’initiative de ramener au bercail ces quelque 20 personnes, même s’il n’exclut pas de faire exception pour les enfants.

Cette stratégie fait débat et occulte un autre volet de la problématique: les djihadistes suisses déjà rentrés au pays. Il s’agit ...