Réservé aux abonnés

L’horizon s’assombrit encore pour la presse romande

05 mai 2017, 23:57
/ Màj. le 06 mai 2017 à 00:01

La plaie est encore vive. Pourtant, après la vingtaine de licenciements dans les rédactions de «24 Heures» et «La Tribune de Genève» en automne dernier, le personnel de Tamedia s’attend à de nouvelles charrettes. L’éditeur zurichois, qui possède aussi, entre autres, «Le Matin», son pendant dominical ou encore «20 Minutes», planche sur d’importants regroupements entre ses diverses rédactions romandes.

En cause, la baisse des revenus liés aux abonnements et la chute des recettes publicitaires. Celles-ci pourraient baisser jusqu’à 30% d’ici à 2025, écrivait hier Tamedia dans une note interne à ses...