Les Yéniches toujours à Nidau et maintenant à Porrentruy

Les gens du voyage installés illégalement à Nidau (BE) n'ont pas quitté les lieux lundi à 12h malgré la demande de la ville de Berne. Un autre campement délogé à Berne a lui pris possession d'un terrain de Porrentruy (JU).
28 avr. 2014, 13:00
2102679051

Les membres de la communauté yéniche occupaient toujours lundi en début d'après-midi l'ancien site de l'Expo.02 à Nidau (BE) malgré un ultimatum. Les autorités de Bienne et de Nidau doivent rencontrer lundi une délégation des gens du voyage pour trouver une solution à cette occupation illégale.

La Ville de Bienne, propriétaire du terrain, avait exigé samedi des gens du voyage suisses qu'ils quittent cet emplacement lundi vers 12h. Mais sur place rien n'annonçait un départ imminent. Il n'y avait pas non plus de présence policière comme ce fut le cas la semaine dernière à Berne.

Près de 70 caravanes sont installées sur cette aire qui s'est transformée en une véritable mare suite aux pluies de ces derniers jours. Les nomades suisses ont pris possession du terrain après l'évacuation de leur campement de protestation jeudi à Berne. Les premiers Yéniches étaient arrivés vendredi matin à Nidau.

Yéniches à Porrentruy

Un autre groupe de gens du voyage expulsés de leur emplacement à Berne ont installé dimanche leurs caravanes à l'ouest de Porrentruy (JU), en contrebas de l'autoroute A16. Le ministre jurassien Michel Thentz doit rencontrer lundi à 16h les membres de la communauté yéniche qui ont établi leur campement sur le site de Mavalau.

Le ministre sera accompagné du chef du service des communes Raphaël Schneider, a indiqué lundi le Département de la santé, des affaires sociales, du personnel et des communes. L'objectif sera de trouver une solution légale. Aucune décision ne sera prise avant la séance hebdomadaire du gouvernement jurassien mardi.

Pour le moment, les autorités cantonales et communales tolèrent ce campement de gens du voyage suisses. L'emplacement de Mavalau était à l'origine destiné à accueillir provisoirement les gens du voyage étrangers. Mais devant l'opposition des maires des communes concernées de Porrentruy, de Fontenais et de Courtedoux, le gouvernement était revenu en arrière.