Les violences envers les jeunes femmes en Suisse ont triplé en vingt ans

Selon les statistiques suisses sur les accidents analysées par la "SonntagsZeitung", les violences à l'égard des femmes âgées de 15 à 24 ans ont fortement augmenté en Suisse au cours de ces vingt dernières années.

03 sept. 2018, 13:39
En vingt ans, les violences à l'égard des femmes ont fortement augmenté dans le pays. (illustration)

Au début du mois d'août, un groupe d'hommes avait attaqué des jeunes femmes devant un club de Genève, blessant deux d'entre elles gravement. Cette agression a suscité une vague d'émoi et de protestations dans toute la Suisse. 

Or, une analyse de la SonntagsZeitung, basée sur les statistiques des accidents en Suisse, montre que les violences à l'égard des jeunes femmes sont en augmentation. Selon cette étude, le nombre d'accidents violents, entraînant des blessures chez les femmes, a triplé au cours de ces vingt dernières années: en 1995, il y a eu 200 accidents corporels liés à la violence chez les femmes âgées de 15 à 24 ans. En 2016, il y en a eu 640, soit plus du triple.

 

A lire aussi : Berne: les politiciennes socialistes présentent un plan contre les violences faites aux femmes

 

Les violences à l'égard des jeunes femmes dans notre pays a donc fortement augmenté en vingt ans, mais pour quelles raisons? Directeur de l'Institut pour la prévention de la criminalité et de la délinquance à l'Université de Zurich, Dirk Baier souhaite replacer ces chiffres dans leur contexte. Interrogé par 20 Minuten, il estime que des changements du mode de vie des femmes peuvent notamment expliquer ce phénomène.

Violences entre femmes

"Le comportement des femmes en terme de loisirs a changé et se rapproche de celui des hommes. Elles se sont mises à sortir plus souvent et plus longtemps, pour notamment consommer de l'alcool et des drogues. Elles sont donc automatiquement plus exposées au risque de violence qu'il y a vingt ans". 

De plus, les statistiques ne précisent pas les types de violence et les coupables. Les vols de sac à main sont notamment comptabilisés, ainsi que les violences à l'égard des femmes commises par d'autres femmes. En tous les cas, Dirk Baier rappelle que les témoins de violence doivent agir selon leurs moyens: "Si vous appelez la police, informez le barman ou agissez avec d'autres personnes, vous pouvez déjà faire beaucoup."