Réservé aux abonnés

Les Suisses aiment l'armée, pas le Gripen

Les Suisses n'ont jamais autant valorisé leur armée, même si les craintes d'agression ont évolué. Cela ne les a pas empêchés de voter contre l'acquisition du Gripen. Explication.

31 mai 2014, 00:01
data_art_2373757.jpg

Le Gripen n'est pas soluble dans l'armée. Tel est l'enseignement que l'on peut tirer de la dernière étude sur la sécurité menée par l'Académie militaire et le Center for security studies, à l'EPFZ. Selon les données dévoilées hier, jamais encore les Suisses n'ont autant apprécié leur armée. Quatre personnes sur cinq estiment qu'elle répond à un besoin.

"Cela ne s'était plus vu depuis 20 ans", souligne Tibor Szvircsev Tresch, responsable de projet à l'Académie militaire. "On constate une progression de 8% par rapport à 2013." Le soutien apporté à la neutralité atteint également un niveau hi...