Les soldats suisses effectuent toujours moins de jours de service

5,8 millions. C'est le nombre de jours de services effectués par les soldats suisses en 2014, contre 6,1 millions en 2013. Un recul qui reflète le rétrécissement des effectifs dans les services de perfectionnement de la troupe.

17 févr. 2015, 15:40
L'armée procédera à un exercice d'envergure du 10 au 20 novembre dans les cantons de Genève et Vaud. Près de 900 militaires, dont 130 de l'armée allemande, et des dizaines de civils y participeront.

L'armée suisse accomplit toujours moins de jours de service. Les soldats en ont totalisé environ 5,8 millions en 2014, contre 6,1 millions lors des douze mois précédents. Ce nouveau recul reflète notamment le rétrécissement des effectifs dans les services de perfectionnement de la troupe.

Ce secteur a enregistré une contraction de 7,1% de ses ressources humaines. Mais la durée moyenne d'engagement dans ces services s'est stabilisée à douze jours, écrit mardi le Département de la défense (DDPS).

L'armée a occupé 16'004 militaires par jour l'an passé, contre 16'500 en 2013. Chaque journée a engendré un coût de 35 francs, en hausse de 55 centimes sur douze mois.

Dépenses totales en baisse

L'ensemble de la troupe a toutefois moins coûté l'an dernier: 204,8 millions de francs, contre 209 millions en 2013. Ce résultat s'explique par le fait que les coûts fixes, soit les dépenses générales et les prestations de tiers, ont été répartis sur un nombre moins élevé de jours de service.

Les engagements et prestations d'appui ont connu une progression de 10%, avec un peu plus de 250'000 unités, contre 228'000 en 2013. Dans le détail, les engagements de sûreté (122'000 jours, +28%) ont augmenté, en raison de la conférence sur la Syrie à Montreux et du sommet de l'OSCE à Bâle, et les prestations d'appui ont diminué (26'000 jours, -13%).

Services à l'étranger stables

Autre tâche relevant de ce secteur, les services de promotion de la paix à l'étranger sont restés stables, avec quelque 102'000 jours. Aucune aide militaire en cas de catastrophe n'a été nécessaire en 2014. L'armée a toutefois apporté son appui suite à des événements naturels, comme au Tessin et dans l'Emmental.

En matière de police du ciel, les Forces aériennes ont effectué 15 interventions (année précédente: 9) et 277 contrôles d'aéronefs d'Etat (année précédente: 202). Le service de transport aérien a mené à bien 1619 vols avec un total de 2079 heures dans les airs.

En termes d'effectifs, les soldats de milice ont assumé 82 % des prestations, le personnel professionnel 18 %. La proportion de militaires amateurs a donc augmenté de 6 % par rapport à l'année précédente, ce qui est essentiellement dû à deux engagements subsidiaires supplémentaires.