Les riverains opposés aux éoliennes sont peu mais plus engagés

Une étude à l'échelle suisse montre que les riverains proches des éoliennes ne sont que 6% à y être opposés mais plus d'un tiers d'entre eux protestent activement. Du côté des partisans, 78% des personnes interrogées, seuls 6% se disent l'être activement.
07 août 2015, 14:20
Partagés, les socialistes ont décidé de trancher en vue de la votation du 18 mai sur les éoliennes.

Les opposants à l'énergie éolienne ne sont que 6% parmi les riverains de ces installations mais 36% d'entre eux protestent activement. La proportion de partisans est de 78% mais seulement 6% sont engagés, selon une étude des universités de St-Gall et de Halle-Wittenberg (D).

Pour cette étude intitulée "Effets des installations d'énergie éolienne sur les riverains en Suisse - Facteurs d'influence et recommandations", les chercheurs ont interrogé 467 personnes habitant dans un rayon de 5 km autour d‘un des sept sites éoliens suisses (Andermatt/UR, Collonges/VS, Entlebuch/LU, Martigny/VS, Mont-Crosin/BE, Le Peuchapatte/JU, St-Brais/JU).

L‘attitude des riverains est dans l‘ensemble positive, selon ces travaux, cités mardi dans le bulletin de l'Action suisse pour une politique énergétique raisonnable (AVES). Et cela tant par rapport à l‘éolien en général que par rapport aux installations situées à proximité. Ces dernières sont approuvées par 78% des personnes interrogées alors que les opposants ne représentent qu‘une minorité de 6%.

Parmi ceux-ci, 36% sont actifs, par exemple en adhérant à une association anti-éolienne ou en écrivant des lettres de protestation, alors que 6% seulement des partisans de l‘éolien sont engagés. Les opposants participent en outre plus souvent aux votations populaires, écrivent les chercheurs.

Phase de planification

La perception des nuisances durant la phase de planification et de construction est un facteur décisif de la formation de l‘opinion sur l‘éolien. La visibilité des installations depuis la maison ou le terrain peut infléchir légèrement une opinion positive alors que la distance n‘a pas d‘influence significative.

Pour la plupart des sondés, les avantages prédominent. Les inconvénients sont considérés comme plutôt faibles et concernent avant tout les atteintes au paysage ainsi que l’impact sur les oiseaux et les chauves-souris. Les avantages cités sont la technologie moderne ainsi que la contribution à la lutte contre le réchauffement climatique, à l‘indépendance énergétique et à la sortie du nucléaire.

La majorité des personnes interrogées souhaiterait se passer de l‘apport de l‘énergie nucléaire (71,3%) et du charbon (78,3%) à l‘approvisionnement électrique de la Suisse. Seule une minorité de 8% rejette une contribution de l‘éolien.

Des effets négatifs de l‘éolien pour l‘être humain ne sont certes pas complètement exclus par les personnes interrogées. Ils sont toutefois jugés dans l‘ensemble peu vraisemblables, au contraire des nuisances du nucléaire, considérées elles comme très vraisemblables.

Ressenti des émissions

Les riverains ont été interrogés sur cinq types d’émissions spécifiques: la signalisation lumineuse des éoliennes, l’ombre portée, le mouvement rotatif, le bruit et l’impact sur le paysage. Il en ressort que la majorité ne perçoit aucune des émissions mentionnées, ne se sent pas affectée, ou alors se sent affectée dans une faible mesure (76%).

Ils sont 18% à se sentir moyennement à très affectés sans pour autant ressentir de symptômes de stress. Une minorité de 6% se sent fortement affectée par les émissions des éoliennes et fait état de symptômes comme des problèmes de sommeil.

Concernant spécifiquement le bruit, dérangement potentiel suscitant le plus de débats, moins d’un tiers des personnes interrogées le perçoivent (30%). Dix pour cent se disent moyennement à fortement affectées et 4,5% ont ressenti des symptômes.

C’est l’impact sur le paysage qui affecte le taux le plus élevé de riverains, soit près d’un cinquième (19%), avec 0,4% faisant état de symptômes. Il ne s'agit donc pas d'une forte atteinte, selon le rapport.

Caractérisation des opposants

Les chercheurs ont encore tenté de déterminer les caractéristiques des 6% d'opposants. Leur constat: ils "ne se distinguent guère des autres groupes", bien qu'ayant plus souvent des installations dans leur champ de vision.

La participation au processus de planification joue un rôle décisif, associé à des facteurs individuels "sur lesquels on ne peut guère agir de l'extérieur", comme une "stratégie inadaptée de lutte contre le stress".

Dans leurs conclusions, les auteurs recommandent donc de porter une attention toute particulière à la procédure appliquée dans la phase de planification et de construction. Ils suggèrent d'augmenter les possibilités d'implication financière des citoyens, sous forme de participation à un fonds alimenté par les bénéfices du parc éolien, par exemple. Avec, à la clé, des rabais sur la facture d'électricité.