Les propos racistes d'un attaché de presse de l'UDC sur Facebook font polémique

L'attaché de presse de l'UDC tessinoise a provoqué un tollé en postant sur Facebook un commentaire raciste.
08 sept. 2015, 17:02
Comprendre les pratiques des jeunes pour les accompagner.

Le commentaire raciste posté samedi sur sa page Facebook par Corrado Galimberti, attaché de presse de la section tessinoise de l'UDC, suscite un tollé au Tessin. Tandis que la direction du parti prend ses distances, les rédacteurs du site online "Gas.social" ont décidé de porter plainte pour infraction à la loi fédérale sur le racisme.

"Les nègres font des enfants à la pelle... ils devraient tous mourir de faim": le commentaire ne laissait aucune place au doute, pour le moins dans sa première version publiée samedi. Corrado Galimberti, responsable media de l'UDC du Tessin intervenait à propos d'une déclaration d'une organisation non gouvernementale (ONG) qui déplorait que la contraception soit peu courante en Ouganda, où les naissances prolifèrent.

"Seule une ONG peut croire que les 'nègres' font des enfants à la pelle parce qu'ils ne connaissent pas les méthodes de contraception. Ils devraient tous mourir de faim en Afrique. Ils ont grimpé de 200 millions au début du 20e siècle à plus d'un milliard aujourd'hui. Et maintenant c'est nous qui devons accueillir leur surplus. Au moins arrêtez de nous raconter des bourdes, par pitié", a écrit l'attaché de presse sur son profil Facebook.

Commentaire modifié

Depuis et vu la vague de protestations qu'il a provoqué, le commentaire a été légèrement modifié. Pas suffisamment cependant pour que la rédaction du site internet "Gas.social" n'y voie une instigation à la haine raciale et ne décide de préparer une plainte collective pour infraction à la loi fédérale sur le racisme.

De son côté l'UDC cantonale qui a diffusé un communiqué sur l'incident prend ses distances face aux déclarations de son attaché de presse: "Une affirmation dure que l'UDC ne reconnaît pas", a dit son président Gabriele Pinoja. Il s'agira maintenant au Ministère public de Lugano de se prononcer.