Les promeneurs de chiens de plus en plus contrôlés

Les promeneurs de chiens sont ou seront de plus en plus contrôlés. Neuchâtel suivra bientôt le pas de Genève où une autorisation est exigée pour promener plusieurs chiens.

18 juil. 2013, 12:55
White Swiss  Shepherd dogs  'Kenai', left, and 'Yasu', right, jump  into the water during the dog diving competition at the International pedigree dog and purebred cat exhibition in Erfurt, central Germany, Sunday, June 16, 2013. 4,000 dogs and 150 cats from 20 countries re shown  at the exhibition. (AP Photo/Jens Meyer)

Promener plusieurs chiens à la fois peut être une entreprise périlleuse et poser un problème de sécurité publique, de l'avis de vétérinaires cantonaux. A Genève, une autorisation est donc nécessaire pour exercer le métier de promeneur de chiens. A Neuchâtel, ce sera bientôt le cas.

"Les chiens en meute sont plus dangereux qu'un chien isolé. Ils s'excitent entre eux et si l'un d'eux menace une personne, les autres risquent de suivre", explique Pierre-François Gobat, le vétérinaire cantonal neuchâtelois.

Le canton de Neuchâtel a profité dans son projet de loi sur les chiens, mis en consultation jusqu'en septembre, d'introduire un article sur les promeneurs de chiens. "On les compte actuellement sur les doigts de la main dans le canton, mais on voulait mettre un garde-fou" avant qu'il n'y ait un problème, explique Pierre-François Gobat.

"On voulait notamment éviter qu'une personne ne se lance dans cette activité sans aucune compétence, juste parce qu'elle pense qu'elle peut gagner de l'argent facilement", a ajouté le vétérinaire cantonal neuchâtelois.

Conditions genevoises

A Genève, premier canton à avoir légiféré sur le sujet, une autorisation, qui coûte 150 francs, est nécessaire dès qu'un promeneur conduit plus de trois chiens appartenant à des tiers. Pour obtenir un permis, il faut tout d'abord disposer de bonnes connaissances canines, suivre une formation et posséder un véhicule agréé par le Service de la consommation et des affaires vétérinaires (SCAV).

Par ailleurs, le promeneur ne doit pas conduire plus de cinq chiens en même temps, y compris ses propres animaux. Les prétendants au permis doivent en outre fournir un certificat de bonne vie et moeurs.

Les détails du règlement d'application neuchâtelois ne sont pas encore réglés, mais le promeneur devra certainement montrer patte blanche (extrait de casier judiciaire, assurance responsabilité civile) et posséder des compétences théoriques sur les comportements des chiens en meute. Un examen pratique est également envisagé.

A Neuchâtel, un promeneur de chiens devra demander une autorisation dès qu'il voudra se balader avec plus de deux canidés appartenant à des tiers. Ce ne sera pas le cas par exemple si une personne promène quatre chiens, dont deux lui appartiennent.