Les négociations sur les Casques bleus fidjiens retenus en otages sont suspendues

Le chef de l'armée fidjienne, Mosese Tikoitoga, a déclaré qu'une pause est observée dans les négociation avec le Front Al-Nosra, qui détient 34 Casques bleus fidjiens en otages depuis une semaine en Syrie, sur le plateau du Golan.

04 sept. 2014, 08:05
L'armée fidjienne a révélé jeudi que les négociations avec le Front Al-Nosra, qui détient 45 Casques bleus fidjiens depuis une semaine en Syrie sur le plateau du Golan.

L'armée fidjienne a révélé jeudi que les négociations avec les preneurs d'otages étaient pour le moment suspendues sur le plateau du Golan. Le chef de l'armée fidjienne, Mosese Tikoitoga, a déclaré qu'il y avait actuellement une "pause" dans les pourparlers avec le Front Al-Nosra, qui détient 45 Casques bleus fidjiens depuis une semaine.

Mais il a expliqué que les négociateurs dépêchés par l'ONU sur le plateau du Golan l'avaient assuré qu'il s'agissait d'un cas de figure normal dans ce type de situation.

Les ravisseurs "n'établissent pas de contact pour pouvoir reprendre l'initiative", a-t-il dit, ajoutant que le lieu de détention des Casques bleus était toujours inconnu. "C'est simplement une question de tactique. J'espère que les discussions reprendront bientôt".

Le chef de l'armée fidjienne s'exprimait peu de temps après que le Conseil de sécurité de l'ONU a exigé, mercredi soir, la "libération immédiate et sans condition" des 45 Casques bleus.

Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil ont une nouvelle fois condamné cet enlèvement. "La sécurité de la Force de l'ONU chargée de l'observation du désengagement entre Israël et la Syrie (FNUOD), ses opérations, son impartialité et son mandat doivent être respectés", a martelé le Conseil.

En échange de la libération des otages, le Front Al-Nosra, qui combat le régime de Bachar al-Assad en Syrie, demande notamment à sortir de la liste noire des organisations terroristes établie par les Nations unies, selon des informations de l'armée fidjienne.