Réservé aux abonnés

«Les moyens de ses réformes»

Candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro a emporté haut la main l’élection présidentielle. Désormais, il peut lancer un programme jugé ultralibéral. Une défaite pour les idées de gauche en Amérique latine.

30 oct. 2018, 00:01
Supporters of presidential candidate Jair Bolsonaro celebrate in front of his residence after he was declared the winner of the election run off, in Rio de Janeiro, Brazil, Sunday, Oct. 28, 2018. Brazil’s Supreme Electoral Tribunal declared the far-right congressman the next president of Latin America’s biggest country, with 96 percent of ballots counted. (AP Photo/Silvia Izquierdo) Brazil Elections

La jeune démocratie brésilienne a basculé dans l’inconnu, hier, avec son premier président d’extrême droite, plus de 30 ans après la fin de la dictature. Jair Bolsonaro, qui prendra ses fonctions le 1er janvier 2019, a reçu, dimanche, un mandat clair avec plus de 55% des voix, devant le candidat de gauche Fernando Haddad (45%), à l’issue d’une campagne très polarisée.

Les premiers discours du nouvel homme fort augurent d’un virage radical. Une rupture par rapport à tout ce qui a été fait par le Parti des travailleurs (PT), qui avait remporté les quatre dernières présidentielles et qui...