Les maîtres du temps en congrès à Neuchâtel

Du 23 au 26 juin, Neuchâtel accueillera le congrès EFTF 2014 (European Frequency and Time Forum) consacré aux technologies temps-fréquence.

13 juin 2014, 16:29
Le bâtiment principal de l'Université de Neuchâtel.

Quelque 400 participants du monde entier sont attendus au congrés de métrologie du 23 au 26 juin à l’Université de Neuchâtel, parmi lesquels Serge Haroche, Prix Nobel de physique 2012.

Les applications dans ce domaine vont de la métrologie aux télécommunications, en passant par le positionnement par satellite, la gestion des réseaux de distribution d’énergie, ou encore les bases de temps des ordinateurs et des téléphones portables, a indiqué vendredi l’Université de Neuchâtel (UniNE).

Organisé par le Laboratoire Temps Fréquence (LTF) de l’UniNE, le CSEM et la FSRM (Fondation suisse pour la recherche en microtechnique), l’événement sera couplé à une exposition d’entreprises industrielles.
Serge Haroche y évoquera l’utilisation de dispositifs très similaires à une horloge atomique pour étudier la nature quantique de la lumière. Il discutera aussi les applications possibles en métrologie et en science de l’information (ordinateurs quantiques, cryptographie).

Plusieurs réalisations seront présentées lors de ce congrès. Par exemple la fontaine primaire à atomes de Césium mise au point par l’UniNE en collaboration avec l’Institut fédéral de métrologie METAS à Berne. La deuxième génération de cette fontaine (FOCS-2) est en cours de développement pour rejoindre le cercle très fermé de la dizaine d’horloges battant la mesure du Temps atomique international.

Recherche fondamentale

Autre recherche fondamentale évoquée lors de ce forum: les progrès du pompage optique grâce auxquels une nouvelle génération d’horloges ou de senseurs miniatures pourrait voir le jour. Le pompage optique est à la base du fonctionnement des horloges atomiques dites au Rubidium et utilisées par exemple dans les réseaux télécoms et les systèmes de navigation par satellite (Galileo, GPS).

De leur côté, les chercheurs du CSEM présenteront des lasers pulsés parmi les plus performants, destinés au perfectionnement des radars et des horloges atomiques optiques. Ils montreront également des systèmes électroniques miniatures (résonateurs MEMS) à haute performance développés pour des applications mobiles à basse consommation, indispensables dans les tablettes, les téléphones portables et les ordinateurs.