Les loups et les lynx pourraient être plus facilement abattus

Le tir de loups et de lynx pourrait être facilité en Suisse. Une procédure de consultation allant dans ce sens est ouverte jusqu'au 5 septembre.

03 juin 2014, 17:20
Ein Wolf, mutmasslich "M35", aufgenommen beim Dorfeingang von Bellwald im Obergoms, Wallis, am 28. Mai 2013. Der Wolf hat in der Nacht auf Freitag, 7. Juni 2013 im Wallis erneut zugeschlagen und in der Region Obergoms acht Schafe gerissen. Damit wurden innerhalb eines Monats insgesamt 28 Schafe getaetet. Allerdings kann erst eine DNA-Probe Klarheit bringen, ob es der Wolf M35 war. Sollte sich der Verdacht bestaetigen, koennte es fuer M35 ungemuetlich werden: Gemaess dem "Konzept Wolf Schweiz" sind die Kriterien fuer einen Abschuss erfuellt, wenn ein Wolf ueber eine Zeit von einem Monat trotz Herdenschutzmassnahmen mehr als 25 Schafe reisst oder innerhalb von vier Monaten deren 35.  (KEYSTONE/Marco Schmidt)

Les loups et les lynx pourraient être plus facilement abattus en Suisse. L'Office fédéral de l'environnement a ouvert mardi une procédure de consultation allant dans ce sens. Les milieux concernés ont jusqu'au 5 septembre pour se prononcer sur ce nouveau plan des autorités.

Il sera désormais possible de réguler les populations en cas d’effectif certifié, a indiqué l'Office fédéral (OFEV) dans un communiqué mardi. De plus, le tir d’animaux isolés sera facilité dans les cas où certains critères sont remplis.

Au cours des dernières années, le nombre de loups en Suisse a augmenté de manière régulière. La première meute vit depuis 2012 à Calanda (GR). On compte actuellement entre 25 et 30 loups qui parcourent les régions suisses.

Le lynx s'est établi dans le Jura et les Alpes occidentales et centrales, et son expansion vers l'ouest et vers les Alpes du Sud est en cours. Aujourd'hui, il y a environ 160 lynx en Suisse.

Tir d’animaux isolés facilité

Le tir de loups isolés causant des dégâts en présence de troupeaux sur les pâturages protégés sera désormais facilité dans le Plan Loup. Un tel tir est permis si trois attaques impliquant 10 moutons se produisent. Les critères existants demeurent inchangés: ils permettent l'abattage d'un animal isolé si au moins 35 moutons sont attaqués durant quatre mois consécutifs, ou au moins 25 moutons en un mois.

Comme par le passé, c'est au canton concerné que revient l'octroi d'une autorisation de tir, après concertation avec la commission intercantonale.

Sept moutons tués le week-end dernier

La mise en consultation de ces nouveaux plans intervient alors qu'il n'est pas une semaine sans que le loup fasse parler de lui. Ainsi le week-end dernier, sept moutons ont été tués sur un alpage glaronais au-dessus de Netstal. Des analyses d'ADN sont en cours pour déterminer si le "coupable" est bien un loup, selon un porte-parole de l'Office cantonal de la chasse.

Il pourrait s'agir d'un membre de la meute établie dans le massif grison du Calanda, au-dessus de Coire. Plusieurs jeunes loups sont en effet en train de passer à l'âge adulte, où ils ne sont plus nourris par leurs parents, selon un inspecteur grison. Mardi, un canidé a ainsi été observé dans une vallée st-galloise proche du Calanda.

Il y a deux mois, un loup a tué quatre moutons sur un alpage obwaldien. Les analyses menées par l'Université de Lausanne ont permis de déterminer qu'il s'agissait du loup M45, venu d'Italie, indiquent les autorités obwaldiennes.