Les infections sexuelles sont en hausse en Suisse

Les infections sexuellement transmissibles (IST) augmentent en Suisse. Entre janvier et juillet 2012,plusieurs cas de syphilis, gonorrhée et chlamydia ont été déclarés.

26 nov. 2012, 14:11
Une étude publiée dans un journal britannique, indique que le taux de maladie augmente fortement lorsque les athlètes sont loin de chez eux.

Les infections sexuellement transmissibles (IST) augmentent en Suisse. Cela se vérifie entre janvier et juillet pour les cas déclarés de syphilis, gonorrhée et chlamydia. Une hausse des diagnostics positifs au VIH est aussi constatée, a indiqué lundi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Durant les sept premiers mois de l'année, les laboratoires ont déclaré 364 nouveaux cas diagnostiqués de VIH (353 en 2011 durant la même période). Une extrapolation montre qu'il faut s'attendre à 610 diagnostics VIH d'ici la fin de l'année. Cela correspondrait à une hausse de 3 à 8% par rapport à l'année passée durant laquelle 562 diagnostics au total ont été enregistrés.
 
Le nombre de contamination par le virus HIV par voie hétérosexuelle serait approximativement identique d'une année à l'autre. En revanche, pour la première fois depuis 2008, il faut s'attendre à une hausse de cas chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Dans cette catégorie-là, la tendance à la baisse ne s'est pas maintenue, écrit l'OFSP dans son bulletin.
 
Les chiffres disponibles jusqu'ici mettent aussi en évidence une augmentation des diagnostics VIH chez les consommateurs de drogues par voie intraveineuse. L'année passée, 30 diagnostics VIH ont été déclarés dans ce groupe. L'OFSP estime qu'il devrait y en avoir 40 cette année, en fonction de l'extrapolation.
 
Syphilis et gonorrhée
 
Durant les sept premiers mois, 287 cas de syphilis ont pu être confirmés, contre 267 pour la même période en 2011. L'extrapolation porte à croire à une augmentation des diagnostics de 3 à 7% cette année, par rapport à 2011.
 
Les cas de gonorrhée sont également en augmentation avec 817 déclarations de janvier à juillet 2012. Ceci représente 100 cas de plus qu'à la même période l'année passée (722 cas). L'extrapolation indique un accroissement de 5 à 13 % par rapport à 2011, à quelque 1400 diagnostics.
 
Campagne de prévention
 
Depuis des années, les diagnostics de chlamydia augmentent, ce qui est aussi valable pour 2012. Les diagnostics déclarés dans les sept premiers mois de 2012 sont en hausse de 12%. L'estimation pour la fin de l'année envisage 8000 cas, ce qui correspond à une augmentation de près de 11%. Les femmes (71%) sont particulièrement touchées par la chlamydia.
 
Une partie de la hausse du nombre de ces diagnostics pourraient avoir un lien avec une campagne de prévention. L'an passé, celle intitulée LOVE LIFE incitait à consulter un médecin en cas de douleurs dans la région génitale.