Les Etats-Unis ont appelé à transférer le pouvoir aux autorités civiles

Washington a demandé à l'armée du Burkina Faso de transférer "immédiatement" le pouvoir aux autorités civiles du pays.

02 nov. 2014, 13:30
epa04470418 Thousands of protesters angry at plans to allow Burkina Faso's President Blaise Compaore to extend his 27-year rule take to the streets before storming parliament in the capital Ouagadougou, Burkina Faso, 30 October 2014. President Compaore has instated a state of emergency and dissolved government following the violent protests. Hundreds of soldiers in Burkina Faso on 30 October were reported to have joined the demonstrators opposing plans to extend President Blaise Compaore's nearly three-decade rule, the broadcaster Impact TV and the radio station Omega FM reported.  EPA/STR

Les Etats-Unis ont appelé l'armée burkinabè à transférer "immédiatement" le pouvoir aux autorités civiles. Le Burkina Faso est en crise après la chute du président Blaise Compaoré.

Washington exhorte "les autorités civiles" à se "laisser guider par l'esprit de la constitution du Burkina Faso et à passer immédiatement à des élections présidentielles libres et justes", selon un communiqué du département d'Etat.

La constitution prévoit que le président de l'Assemblée nationale assure l'interim du pouvoir en cas de vacance. Porte-parole du département d'Etat, Jen Psaki ajoute que les Etats-Unis "condamnent la tentative de l'armée burkinabè à imposer sa volonté au peuple du Burkina Faso".

"Nous regrettons les pertes de vie humaine cette semaine au Burkina Faso et appelons toutes les parties à éviter de nouvelles violences", conclut le communiqué.

Selon l'opposition burkinabé, une trentaine de personnes auraient été tuées lors des violences de jeudi. L'AFP n'a pu confirmer que quatre morts.