Les cadres des CFF et de La Poste bien lotis

Les dirigeants des CFF et de La Poste sont toujours les cadres de la Confédération les mieux lotis en terme de revenus. Andreas Meyer et Susanne Ruoff ont en effet touché des sommes dépassant le million de francs en 2012.

26 juin 2013, 13:49
Les dirigeant des CFF et de La Poste perçoivent un peu plus d'un million de francs par année.

Les patrons des CFF Andreas Meyer et de La Poste, Jürg Bücher et Susanne Ruoff, continuent d'afficher de très hauts salaires parmi les cadres de la Confédération. Selon le rapport annuel approuvé mercredi par le Conseil fédéral, la plus forte augmentation a toutefois été enregistrée du côté de RUAG.

Andreas Meyer a touché quelque 1,036 million de francs en 2012 contre 1,030 million un an plus tôt. Le salaire de base du directeur est passé de 553'333 à 573'333 francs alors que ses bonifications ont baissé de 361'284 à 346'434 francs. Les prestations annexes sont restées stables (115'835 francs contre 115'590 francs).

Pour La Poste, le rapport du Conseil fédéral présente la particularité de compiler les données sur 15 mois. L'ancien directeur Jürg Bücher est en effet parti à la retraite le 31 août et Susanne Ruoff a repris le flambeau le 1er juin déjà.

La rémunération totale a augmenté de 924'501 francs à 1,059 million. Le salaire de base a crû de 550'000 à 668'334 francs. Idem des autres composantes: les bonifications ont passé de 311'720 à 324'480 francs et les prestations annexes de 62'781 à 66'662 francs.

Boom chez RUAG

C'est du côté de RUAG que la hausse la plus forte est observée. En 2011, le directeur Lukas Braunschweiler avait renoncé à ses boni. Un geste que n'a pas suivi le président du conseil d'administration Konrad Peter, qui a assuré l'interim à la tête de la direction l'an passé.

Résultat: il a affiché un salaire de 754'400 francs contre 471'198 francs pour son prédécesseur. La composante fixe n'a augmenté que de deux francs à 440'000 francs alors que les prestations annexes ont crû de 31'200 à 50'400 francs.

Entre hausse et baisse

A la SSR, la rémunération de Roger de Weck a tout sauf pris l'ascenseur. Le directeur affiche un salaire de 509'782 francs contre 543'784 francs un an plus tôt.

La composante fixe reste stable, baissant un peu le salaire de 393'488 à 392'250 francs alors que les boni chutent de 103'000 à 64'349 francs. Les prestations annexes se sont élevées à 53'183 francs contre 47'296 francs un an plus tôt.

Le directeur de l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire Hans Wanner a été mieux loti. Sa rémunération a augmenté de 10%, passant de 258'753 à 289'200 francs. Un lot de consolation pour la catastrophe de Fukushima.

Le chef de la Caisse nationale suisse d'assurance en cas d'accidents a vu son salaire progresser de 583'820 à 602'608 francs. Le patron de Skyguide a en revanche dû se passer de certains boni et vu sa rémunération totale reculer de 559'272 à 528'364 francs. Stabilité parfaite enfin du côté de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (542'800 francs).