Le vote sur le transfert de Moutier (BE) dans le canton du Jura est invalidé

Le vote de Moutier (BE) sur son transfert dans le canton du Jura est invalidé. Le 18 juin 2017, 51,7% des votants avaient choisi de rejoindre le canton du Jura. Les autonomistes feront très vraisemblablement recours contre cette décision.

05 nov. 2018, 09:08
/ Màj. le 05 nov. 2018 à 10:03
Le 18 juin 2017, 51,7% des votants avaient choisi de rejoindre le canton du Jura.

Le vote de Moutier (BE) sur son transfert dans le canton du Jura est annulé. Le secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) Pierre-André Comte l'a annoncé lundi le visage défait devant une foule de journalistes.

"On est devant un déni de justice, c'est une décision politique", a déclaré Pierre-André Comte. "Les autonomistes n'accepteront pas qu'on leur vole la victoire du 18 juin 2017", a lancé le secrétaire général du MAJ après une longue attente.

 

 

Pierre-André Comte rappelle que la campagne a été régulière et placée sous la surveillance des observateurs fédéraux. "Nous allons réagir en conséquence", a ajouté le militant. "La préfecture a pris une décision politique sur ordre du gouvernement bernois".

Pour le porte-parole de Moutier ville jurassienne Valentin Zuber, la Question jurassienne est relancée. "Nous rentrerons en lutte contre le gouvernement et ses représentants", a ajouté Valentin Zuber en lançant un appel au calme. Pour les autonomistes, le gouvernement bernois bafoue la démocratie.

Une décision politique pour "Moutier ville jurassienne"

"L'annulation du vote est une décision politique et pas juridique", a dénoncé le chef de campagne de "Moutier ville jurassienne", Laurent Coste. Les autonomistes feront très vraisemblablement recours contre cette décision.

"Le canton de Berne, au travers de son bras armé la préfecture, a annulé le vote", a souligné Laurent Coste. Le chef de campagne de Moutier ville jurassienne estime que le canton de Berne veut récupérer Moutier sur le "tapis vert".

Appel au calme

"Nous allons vraisemblablement porter l'affaire devant le Tribunal cantonal administratif", a ajouté Laurent Coste visiblement marqué par ce verdict. En attendant, le responsable de "Moutier ville jurassienne" et président du MAJ appelle tous les militants autonomistes à conserver leur calme.

Pour le mouvement de lutte, il s'agit d'une manipulation émanant de "milieux humiliés par une défaite qu'ils n'attendaient pas". "Nous n'accepterons jamais cette décision", a répété le secrétaire général du MAJ Pierre-André Comte qui a estimé que la Confédération a fait preuve de complaisance envers les milieux pro-Bernois.