Le voisin de la veuve Zaugg, disculpé

Michèle Zaugg, qui a été retrouvée morte en début de semaine, aurait subi des actes de torture dans son domaine du Haut-Rhin en Alsace. Sa fille, déséquilibrée mentale, pourrait-elle être impliquée? C'est la question que la police se pose aujourd'hui. Le voisin de la victime qui s'est présenté lui-même à la police, selon "Aujourd'hui en France", a été disculpé.

25 janv. 2014, 08:26
michele_zaugg_

La fille a-t-elle pu tuer la mère? C’est désormais la question que se posent les enquêteurs chargés de la résolution du meurtre de Michèle Röthlisberger-Zaugg — veuve de l’artiste et critique d’art suisse Rémy Zaugg, décédé en 2005 —, retrouvée morte le 21 janvier, dans son immense propriété de Pfastatt dans la banlieue de Mulhouse (Haut-Rhin). Le journal français "Aujourd'hui en France" révèle  dans son édition du jour que le corps ensanglanté de la victime "avait été découvert entièrement dévêtu et dissimulé dans un tapis, glissé sous des planches de bois, dans une remise de jardin de la propriété".

L’autopsie a révélé qu’elle avait été frappée d’une dizaine de coups «au niveau du crâne», «avec un objet contondant et/ou tranchant mais émoussé», avait alors précisé Hervé Robin, le procureur de la République de Mulhouse. Sa dépouille portait également de nombreuses traces de blessures par arme blanche. Toujours selon les informations d'"Aujourd'hui en France", la sexagénaire aurait subi également des actes de torture avant de succomber. Selon les premières constatations des enquêteurs de la police judiciaire de Mulhouse, aucune trace d’effraction n’avait été constatée dans la propriété de 7 000 m2.

L'affaire a connu un rebondissment hier, lorsque la fille de Michèle Zaugg a été découverte vers 6 heures, en proie au délire, prostrée sur un lit dans une chambre d’un des pavillons du domaine. Elle y a été retrouvée par les enquêteurs de l’antenne de police judiciaire de Mulhouse restés en surveillance dans la propriété, selon les informations d'"Aujourd'hui en France".

Cette dernière a été hospitalisée d’office en fin de matinée. «Nous avions des doutes sur le fait que quelqu’un puisse se trouver dans le domaine", confie une source proche de l’affaire. "Des traces de présence humaine, notamment des restes d’aliments fraîchement consommés, avaient été relevées alors que les policiers étaient en train de procéder à des constatations après la découverte du corps de la victime. C’est pourquoi il a été décidé de laisser des agents sur place, pour tenter d’éclaircir ce mystère, poursuit la même source. La fille de la victime a finalement été découverte dans cette dépendance.»

Par ailleurs, hier, le voisin de la victime, qui était lui aussi activement recherché depuis la découverte du meurtre, s’est présenté de lui-même à la police. «Il a été entendu et a fourni un certain nombre d’éléments qui ont permis de le disculper, ajoute la même source. Il devait être entendu pour éclaircir la nature du conflit qui l’avait récemment opposé à Michèle Zaugg.»