Réservé aux abonnés

Le virus a droit à sa loi

Les secteurs de l’événementiel, du sport et de la culture vont être davantage soutenus. La Chambre du peuple a dessiné, hier, les contours d’une «lex Covid-19» en affichant de la générosité.

10 sept. 2020, 00:01
Die Kommissionssprecher zur Debatte um das Covid-19-Gesetz, Ruth Humbel, CVP-AG, links, und Philippe Nantermod, FDP-VS, diskutieren an der Herbstsession der Eidgenoessischen Raete, am Mittwoch, 9. September 2020 im Nationalrat in Bern. Aufgrund der Krise um die Pandemie des Coronavirus, Covid-19 wurden die Pulte der Parlamentsmitglieder mit Plexiglas Scheiben eingerahmt. (KEYSTONE/Alessandro della Valle)

Le Covid-19 va avoir droit à sa loi spécifique. Le Conseil national en a débattu durant près de huit heures, hier. Et aujourd’hui, ce sera au tour du Conseil des Etats de s’y coller. Il n’y a rien de très affriolant dans cette loi. Ainsi, «elle ne prévoit pas d’obligation de vaccination et encore moins de vaccination forcée», a rassuré le chancelier de la Confédération Walter Turnherr (lire ci-dessous), histoire de faire taire les rumeurs à ce sujet.

Pour l’essentiel, il s’agit de donner une couverture légale aux nombreuses décisions prises par le Conseil fédéral, ces derniers mois, par voie d’...