Le traditionnel test national des sirènes d'alarme aura lieu ce mercredi à 13 h 30

C'est une tradition qui permet à nos autorités de s'assurer que le système d'alarme du pays fonctionne correctement. Ce mercredi 7 février, à 13 h 30, les 7200 sirènes du pays retentiront.

01 févr. 2018, 16:06
/ Màj. le 07 févr. 2018 à 08:45
En plus des traditionnelles sirènes, une application permettra aux citoyens de recevoir les alarmes sur leur smartphone.

Les 5000 sirènes fixes et 2200 sirènes mobiles que compte la Suisse seront testées ce mercredi. Dès cet automne, les alarmes pourront aussi être transmises par smartphone, indique l'Office fédéral de la protection de la population (OFPP).

Le signal de l'alarme générale sera émis à 13h30. Il s'agit d'un son oscillant, régulier, d'une durée d'une minute. Au besoin, le test pourrait être poursuivi jusqu'à 14h00. A 14h15, c'est le signal de l'alarme eau qui sera testé dans les zones situées en aval de barrages, ceci jusqu'à 15h00 au plus tard: douze sons bas continus de 20 secondes, séparés par des intervalles de 10 secondes.

 

 

Il n'y a pas lieu de prendre des mesures de protection, précise l'OFPP dans un communiqué publié jeudi. Si l'alarme générale retentit en dehors des tests, cela signifie que la population peut être en danger, souligne l'OFPP.

"Dans ce cas, il faut écouter la radio, suivre les consignes des autorités et informer ses voisins". Et si l'alarme eau est activée, la population doit quitter immédiatement la zone menacée.

Notifications sur smartphone

Cet automne, l'OFPP proposera de nouveaux services sur la plateforme "Alertswiss". En plus de la partie consacrée à la préparation en cas de catastrophe, on y diffusera également des informations sur les événements. Alertswiss viendra ainsi compléter les systèmes d'alarme et d'information basés sur les sirènes et la radio.

 

 

Les autorités auront désormais la possibilité de transmettre par ce canal des informations importantes et des consignes de comportement aux populations concernées, même lors d'événements de faible ampleur. Le public pourra être averti et informé directement par des notifications push. Ces messages seront également publiés sur le site web Alertswiss.