Le prix des médicaments va baisser

Le ministre de la santé Alain Berset et la branche pharmaceutique se sont mis d'accord pour baisser le prix de quelque 2500 médicaments en Suisse sur la période 2013-2015.

12 avr. 2013, 14:32
Medikamente in einer Blisterkarte, aufgenommen am 13. Juli 2012 in der Apotheke Wyss in Baden. (KEYSTONE/GAETAN BALLY / Keystone)

Les prix de quelque 2500 médicaments vont baisser en Suisse sur la période 2013-2015. Le Département fédéral de l'intérieur (DFI) a trouvé un compromis avec la branche pharmaceutique, qui s'est engagée à retirer ses recours devant la justice.

Environ 800 médicaments seront soumis chaque année à cette diminution. Les baisses des prix des médicaments décidées par le Conseil fédéral en mars 2012 deviennent ainsi effectives, a indiqué vendredi devant les médias à Berne le ministre de la santé Alain Berset. Les recours en justice concernent une trentaine de médicaments.

Quelque 720 millions de francs seront économisés par les assureurs maladie jusqu'à fin 2015, soit 240 millions par année. Cela pourrait représenter une baisse de 1% sur les primes d'assurance maladie, a déclaré vendredi à l'ats Paul Rhyn, porte-parole de santésuisse. La faîtière salue l'accord trouvé entre le DFI et la branche pharmaceutique.

Contre-parties

En contre-partie, Alain Berset va proposer au Conseil fédéral de modifier au 1er juin les ordonnances relatives à l'admission de nouveaux médicaments par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Ce dernier réduira la procédure à 60 jours. Ce processus dure à présent environ 200 jours, selon Thomas Cueni, secrétaire général d'Interpharma. M. Berset conteste ce chiffre.

Interpharma et vips, représentants des entreprises pharmaceutiques, ont également obtenu que l'OFSP traite plus rapidement les demandes d'admission des préparations déjà enregistrées qui subissent un changement d'indication. Les patients bénéficieront en conséquence d'un accès accéléré aux nouveaux médicaments, a souligné Walter Hölzle, président de vips.

L'OFSP aura besoin notamment de davantage de moyens pour atteindre ces objectifs. Des hausses des taxes prélevées auprès des entreprises pharmaceutiques sont inévitables, a indiqué le ministre de l'intérieur. La branche pharmaceutique n'y voit pas d'inconvénient, a souligné M. Cueni.

Nouveau système en discussion

Le système de fixation des prix dès 2016 se trouve en phase de discussion avec toutes les parties concernées. Ce nouveau modèle continuera de se baser sur le critère de la comparaison des prix avec l'étranger. Mais il réintroduira celui de la comparaison thérapeutique, "mis entre parenthèses pour 2013-2015", a précisé Alain Berset.

Cette décision satisfait la branche pharmaceutique, dont la plupart des recours en justice concernait l'abandon de la comparaison thérapeutique avec l'étranger. Le seul critère de la comparaison des prix n'est pas assez fiable, car il est soumis entre autres aux fluctuations des cours de change avec les monnaies étrangères, a souligné Walter Hölzle.

Il est encore trop tôt pour définir dans quelles proportions ces deux modalités se combineront dans la fixation des prix. "Les prix n'augmenteront pas forcément dès 2016", a estimé Alain Berset. "Les tables rondes avancent", a-t-il ajouté.

Satisfaction générale

Tant Alain Berset que Thomas Cueni et Walter Hölzle se sont félicités de cet accord. "Cela permet de clarifier la situation et de mettre un terme à l'incertitude causée par les recours en justice pendants", a souligné le ministre de l'intérieur. Il a salué "l'esprit de dialogue et la franchise" d'Interpharma et de vips.

Walter Hölzle a pour sa part relevé que "les entreprises pharmaceutiques contribuent par cet accord à la baisse des coûts de la santé". "D'autres acteurs de ce domaine doivent également faire des efforts", a-t-il ajouté. Alain Berset partage cet avis et a rappelé que le Conseil fédéral est actif sur d'autres fronts.

Thomas Cueni a quant à lui remercié Alain Berset d'avoir pris l'initiative de mettre sur pied une table ronde. Il salue ce "signal clair en faveur d'un renforcement de la place pharmaceutique suisse."