Le président du PLR menace de renvoyer l'achat du Gripen

Le PLR n'acceptera l'acquisition de 22 Gripen que si le Département de la défense remplit quatre conditions.
06 août 2015, 15:21
Ein Gripen F Demonstrator-Flugzeug der schwedischen Luftwaffe, oben, bei einem Testflug zusammen mit einer F/A 18 der Schweizer Luftwaffe, am Freitag, 5. Oktober 2012, auf der Airbase Emmen. Das Kampfflugzeug wird naechste Woche den Sicherheitspolitischen Kommissionen sowie der Oeffentlichkeit anlaesslich der Axalp Fliegerdemonstration der Luftwaffe praesentiert. (KEYSTONE/Sigi Tischler)

Le président du PLR Philipp Müller menace de renvoyer au Conseil fédéral son projet d'achat du Gripen. Le parti n'acceptera l'acquisition de 22 avions de combat que si le Département de la défense (DDPS) remplit quatre conditions, déclare l'Argovien dans une interview publiée par la "SonntagsZeitung".

Philipp Müller demande depuis des mois au nom de son parti des sanctions si la Suède ne remplit pas entièrement le contrat passé avec la Suisse. Il veut aussi que Berne ait le droit de résilier le contrat si une partie seulement des avions est livrée.

Dans les colonnes de la "SonntagsZeitung", le président du PLR exige aussi à nouveau un rapport régulier du ministre de la Défense Ueli Maurer ainsi qu'un calendrier précis concernant l'acquisition des avions.

Désormais, il fait de ces exigences des conditions à l'approbation du PLR lors du vote au Conseil national. Même si le DDPS remplit trois de ces quatre conditions d'ici à ce que la Chambre du peuple se prononce, "nous entrerons certes en matière sur le projet d'achat de Gripen, mais nous renverrons" la copie au Conseil fédéral, déclare Philipp Müller.

"Bétonné"

Le conseiller national veut que l'accord d'acquisition entre la Suisse et la Suède "bétonne tous ces détails". Ce texte doit s'inspirer du contrat passé entre la Suède et le constructeur de l'avion Saab.

Le président du PLR veut ainsi s'assurer qu'un volume d'affaires de 2,5 milliards de francs revienne à l'économie helvétique en échange de l'achat des Gripen. Il souhaite que la participation de la Suisse romande et du Tessin à ces affaires compensatoires soient clarifiées. Il ne fait toutefois pas de cette dernière exigence une condition en vue d'un éventuel renvoi du dossier au gouvernement.

Rencontre avec Ueli Maurer

Reste à savoir si les autres conseillers nationaux partageront la position de Philipp Müller. Actuellement, le PS et les Verts veulent lancer un référendum contre le fonds spécial pour l'acquisition du Gripen.

Les Vert'libéraux sont aussi critiques vis-à-vis de cet achat. Leur rencontre lundi avec Ueli Maurer n'a rien changé à leur position, a indiqué dimanche à l'ats leur président Martin Bäumle. Si le PLR vient grossir les rangs des opposants au Gripen, ceux-ci obtiendraient de justesse la majorité au Conseil national.

Le chef du DDPS a rencontré lundi les président des quatre partis bourgeois PLR, PDC, Vert'libéraux et PBD pour répondre à leurs inquiétudes sur le Gripen. Les questions portaient notamment sur les coûts d'exploitation, les délais de livraison ainsi que les performances et le suivi du développement de l'appareil