Le Parti socialiste pourrait accepter les dons d'entreprises privées

Le Parti socialiste pourrait accepter les financements d'entreprises privées, telles que Swiss, Credit Suisse ou AXA-Winterthur. Jusqu'à présent il ne comptait que sur les dons de membres et de personnes privées.

28 févr. 2016, 12:37
Le Parti socialiste pourrait accepter les dons de sociétés privées, comme Credit Suisse.

Dans le cadre du projet organisationnel "Avenir PS", une consultation interne est en cours pour réfléchir au financement du parti, a dit à l'ats Gaël Bourgeois, porte-parole adjoint du PSS. Il revenait sur une information parue dans Le Matin Dimanche et la Sonntagszeitung.

La question financière du PS est un point parmi d'autres de ce projet global, explique M. Bourgeois. "Il faut que le parti puisse tourner". Le projet "Avenir PS" a pour but de repenser le fonctionnement et l'ensemble des structures du parti.

Jusqu'ici, le PS acceptait majoritairement des dons de coopératives, fondations et projets spécifiques. Si le parti venait à accepter des cotisations d'entreprises, il veillerait à ne pas être dépendant vis-à-vis de celles-ci. "L'argent est mis dans des projets à court terme afin de limiter notre dépendance de ces sociétés", dit M. Bourgeois.

Un projet loin d'être accepté

Le PSS pourrait récolter 200'000 francs de Credit Suisse, 40'000 francs d'AXA-Winterthur et 45'000 francs de Swiss. Selon le porte-parole, ces montants ne sont toutefois plus forcément d'actualité. Ces entreprises avaient proposé ces sommes en 2011, que le parti avait refusées. Elles avaient offert leur soutien financier à tous les partis gouvernementaux.

"On est encore très loin de l'acceptation", souligne Gaël Bourgeois. Tout peut s'arrêter lors la prochaine procédure de consultation, qui débute mardi et se termine fin avril. Celle-ci est lancée auprès des sections cantonales et des villes. En cas de poursuite de la consultation, un congrès devra trancher sur la question les 3 et 4 décembre prochains.