Le Parti chrétien-social (PCS) s'appellera désormais Centre Gauche PCS Suisse

Réuni en assemblée ce samedi à Delémont (JU), le Parti chrétien-social (PCS) a donnée ses mots d'ordre pour les votations du 24 novembre. Mais il a aussi décidé de changer de nom. Il s'appellera désormais Centre Gauche PCS Suisse.
26 oct. 2013, 15:02
Le Parti chrétien-social (PCS), réuni samedi en assemblée des délégués à Delémont, a adopté ses mots d'ordre pour le 24 novembre. Le PCS a aussi décidé de changer de nom.

Le Parti chrétien-social (PCS), réuni samedi en assemblée des délégués à Delémont, a adopté ses mots d'ordre pour le 24 novembre. C'est "oui" à l'initiative 1:12 et à la vignette, et "non" à l'initiative de l'UDC sur les familles. Le PCS a aussi décidé de changer de nom.

Les délégués ont approuvé à une "très grande majorité" l'initiative 1:12 des Jeunes socialistes, qui demande que le salaire le plus élevé dans une entreprise ne soit pas plus de douze fois supérieur au salaire le plus bas, a indiqué le parti dans un communiqué.

Le PCS trouve que cette initiative, soumise au peuple le 24 novembre, est certes très ambitieuse, mais qu'il s'agit enfin d'un signal fort afin de revenir à des salaires plus raisonnables. Le parti estime aussi que quelque chose doit être entrepris afin de relever le niveau des salaires les plus faibles.

Les chrétiens-sociaux ont aussi approuvé, au terme d'un débat contradictoire, la hausse du prix de la vignette autoroutière de 40 à 100 francs. La nécessité d'adapter la redevance aux besoins grandissants du réseau des routes nationales l'a ainsi emporté sur la crainte réaliste de voir des montants importants être réservés pour la construction de projets routiers discutables, dont le "nuisible et inutile deuxième tube du Gothard".

Solution de l'UDC rejetée

L'initiative de l'UDC sur les familles, qui demande les mêmes déductions fiscales pour les familles gardant elles-mêmes leurs enfants que pour celles qui recourent à des structures externes, n'a en revanche pas trouvé grâce auprès des délégués du PCS. Elle a été clairement rejetée, précise le communiqué.

Le PCS reconnaît certes la nécessité de soutenir les familles avec enfants et une meilleure répartition des charges familiales - y compris en encourageant le travail à temps partiel pour les hommes -, mais les conséquences d'exonérations fiscales pour ceux qui disposent de revenus élevés ont fait pencher la balance vers le "non". Le PCS propose plutôt d'augmenter les allocations familiales, comme le préconise le syndicat Travail.Suisse.

Et voici Centre Gauche PCS Suisse

L'assemblée a en outre pris une décision historique: changer le nom du parti. Le PCS, fondé en 1997, s'appellera désormais Centre Gauche PCS Suisse. Ce choix, "qui reflète une évolution des moeurs, vise à renforcer le positionnement politique du parti tout en maintenant une ligne politique claire et solidement ancrée à des valeurs telles que la justice sociale, la défense de l'environnement et le développement durable".

Le parti suisse, dans le respect de leur autonomie cantonale, recommande aux sections cantonales de suivre ce changement.

Les délégués ont enfin approuvé une résolution concernant la votation du 24 novembre sur l'avenir institutionnel du Jura et du Jura bernois. Ils ont invité les citoyennes et les citoyens à faire entendre leurs voix et à saisir l'occasion d'étudier ensemble une éventuelle entité politique nouvelle.