Le numerus clausus de médecine bientôt levé?

Y'aura-t-il encore des quotas aux études de médecine? Le Conseil national veut en tout cas supprimer cette clause. Le dossier part aux États.

17 avr. 2013, 18:39
Le numerus clausus pourrait être levé.

Les universités suisses doivent lever le numerus clausus restreignant l'accès aux études de médecine. Par 110 voix contre 49, le Conseil national a adopté mercredi une motion PDC, au dam du ministre de la santé Alain Berset.

La Suisse manque cruellement de relève dans le domaine médical, a fait valoir Viola Amherd (PDC/VS). Quasiment un interne sur deux en médecine a obtenu son diplôme à l'étranger, alors que bien de jeunes suisses sont empêchés de réaliser leur rêve professionnel, selon elle.

Le numerus clausus n'est pas un instrument de contrôle de la qualité de la formation, mais bien une "barrière discriminatoire pour les Suisses", a jugé Mme Amherd. Sa motion demandant au Conseil fédéral des mesures pour supprimer les restrictions d'admission aux places de formation a ratissé large.

Appuyé uniquement par une partie de la droite, Alain Berset a contesté en vain cette vision. L'augmentation des capacités d'étude en médecine ne dépend pas directement de la levée du numerus clausus, a assuré le conseiller fédéral socialiste.

La Confédération et les cantons se sont mis d'accord l'été dernier pour augmenter le nombre de médecins formés en Suisse de 900 à 1300. Mais il faut attendre des années entre la décision et les débuts professionnels des nouveaux diplômés.

Le Conseil des Etats doit encore se prononcer. En 2011, il avait enterré une précédente motion du National exigeant de fixer un nombre minimal de places d'étudiants dans les facultés de médecine.