Le ministère public neuchâtelois demande du sursis pour les quatre kidnappeurs

Le procès de quatre jeunes Neuchâtelois accusés d'enlèvement et de séquestration aggravée s'est ouvert mardi à Boudry (NE) devant le Tribunal criminel. Les prévenus sont accusés d'avoir enlevé un camarade et demandé une rançon de 3,2 millions de francs à son père.

12 juin 2018, 09:09
/ Màj. le 12 juin 2018 à 17:53
Les kidnappeurs demandaient une rançon de 3,2 millions.

Le procès de quatre jeunes hommes accusés d'enlèvement et de séquestration aggravée s'est ouvert ce mardi à Boudry (NE) devant le Tribunal criminel. Les prévenus sont accusés d'avoir enlevé un camarade et demandé une rançon de 3,2 millions de francs à son père.

Le Ministère public a requis deux ans de prison avec sursis de quatre ans pour deux des prévenus. Le troisième rissque 20 mois d'emprisonnement avec trois ans de sursis. Le dernier 18 mois de prison avec un sursis de trois ans. Le sursis a été demandé compte tenu de leur jeune âge au moment des faits: entre 20 et 26 ans. Tous devront s'acquitter de jours-amende à 30 francs.

Quant à, l'avocat de la défense, il s'en remet au jugement du Tribunal criminel. Mercredi, ce sera au tour des avocats de la défense de plaider.

Coup de théâtre

A l'ouverture de l'audience, le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers avait proposé d'étendre la prévention à "prise d'otages". Mais la défense et le Ministère public ont manifesté leur opposition à cette décision. Après avoir délibéré, le tribunal a renoncé à cette extension des chefs d'accusation.

Les quatre individus sont aussi accusés de tentatives d'extorsion et chantage par brigandage et dommages à la propriété. Le meneur présumé du groupe doit également répondre d'usage abusif de plaques d'immatriculation, ainsi que de conduite d'un véhicule sans autorisation.

Selon l'acte d'accusation, deux de ces quatre jeunes gens de bonne famille décident durant l'été 2015 de mettre au point un plan visant à soutirer illégalement une importante somme d'argent à une personne fortunée du littoral neuchâtelois. Ils s'adjoignent rapidement les services d'un troisième larron qui devra faire office de chauffeur.