Le militant radical Kémi Seba refoulé à Genève

Kémi Seba a été refoulé à l'aéroport de Genève jeudi à la suite d'une décision de fedpol. Le français chef de file du New Black Panther Party devait donner une conférence sur "le panafricanisme et les méfaits de l'impérialisme".

26 oct. 2012, 06:57
Kémi Seba est le chef de file des Black Panthers en France. Il a déjà été condamné pour incitation à la haine raciale.

Le chef de la branche française du New Black Panther Party (NBPP), le Français Stellio Capo Chichi, connu sous le surnom de Kémi Seba, a été refoulé jeudi à son arrivée à l'aéroport de Genève, a annoncé le Département genevois de la sécurité (DS). Il a été reconduit en France, où il a été remis aux autorités.

Le militant radical noir a été intercepté Genève jeudi après-midi, et s'est vu signifier son interdiction d'entrée et de séjour en Suisse. Il a été escorté en France, où il a été remis aux autorités françaises, a indiqué le DS dans un communiqué.
 
Les autorités genevoises ont refoulé Kémi Seba sur la base d'une décision de fedpol de l'interdire d'entrée et de séjour en Suisse, encore selon le communiqué.
 
Kémi Seba avait prévu de donner une conférence de presse samedi à Genève sur le thème "le panafricanisme et les méfaits de l'impérialisme". La police a mis en garde les autorités contre "le risque que M. Seba n'incite à la haine raciale et ne lance des appels à la violence".
 
Plusieurs fois condamné en France pour incitation à la haine raciale, Kémi Seba a notamment fondé le mouvement "Tribu K", puis le groupe "génération Kemi Saba", deux organisations qui ont été dissoutes par le ministère français de la Justice pour incitation au racisme et à l'antisémitisme. Il était devenu chef de la branche française du NBPP en 2010.